Pyrénées-Atlantiques : Près d'une centaine de pompiers mobilisés sur des feux de montagne

INCENDIES Aucune victime n'est à déplorer

20 Minutes avec AFP

— 

Un casque de pompier ou de pompière. (illustration)
Un casque de pompier ou de pompière. (illustration) — ISA HARSIN/SIPA

Près d’une centaine de pompiers étaient mobilisés samedi en début de soirée au Pays basque sur des incendies de basse et moyenne montagne, attisés par des forts vents, des feux de végétation qui n’ont pas fait de victime mais ont amené à évacuer des randonneurs par précaution, ont indiqué les autorités.

Plus de 60 pompiers des Pyrénées-Atlantiques, que devaient renforcer en soirée des pompiers des Landes, étaient engagés sur « une multitude de petits foyers » dont deux principaux : l’un depuis le matin venu de l’Espagne voisine, dans le secteur du col d’Ibardin, et l’autre dans le secteur du sommet de La Rhune (905 mètres d’altitude), a déclaré le sous-préfet de Bayonne.

Des randonneurs évacués par précaution

Aucun blessé n’est à déplorer, et en début de soirée les flammes ne menaçaient pas à court terme d’habitation dans ce secteur à l’habitat isolé, mais plus de 70 randonneurs ont été évacués par précaution depuis samedi matin, d’autres invités à rebrousser chemin, a précisé le sous-préfet, Philippe Le Moing-Surzur.

Une estimation de la surface de végétation, basse principalement, parcourue par les flammes n’était pas disponible samedi soir, en raison de l’importance des fumées dégagées, et du nombre de petits foyers épars liés à des sauts de braise dus aux vents, a-t-il ajouté.

En raison de « conditions météorologiques favorables à la propagation du feu », avec notamment des températures douces et des vents violents – des rafales jusqu’à 100 km/h prévues sur le relief pyrénéen – la préfecture des Pyrénées-Atlantiques a pris un arrêté d’interdiction d’incinération des végétaux jusqu’à lundi, afin de prévenir les écobuages, qui sont régulièrement en cette zone de montagne à l’origine de feux non maîtrisés. L’origine des incendies de samedi était inconnue, et un éventuel lien avec des écobuages pas établi à ce stade, a souligné le sous-préfet.