Maine-et-Loire : Un syndicat réagit après les agressions de voyageurs et d’un conducteur dans un train

VIOLENCES Aucun contrôleur n’était présent lors des agressions. Sud Rail demande la présence obligatoire de contrôleurs dorénavant

David Phelippeau

— 

Un TER des Pays de la Loire (Illustration).
Un TER des Pays de la Loire (Illustration). — GILE MICHEL/SIPA

Mardi, trois individus ont agressé physiquement et verbalement des voyageurs dans un TER sur la ligne Cholet/Angers-Saint-Laud. En gare de Chemillé, les agresseurs ont empêché la fermeture des portes du train.

Alerté, le conducteur du train est allé voir ce qu’il se passait. Un des individus lui a alors asséné un coup de poing au thorax. En gare de Chalonnes-sur-Loire, les gendarmes ont interpellé les trois individus. Le TER est resté bloqué pendant plus d’une heure et quart, avant de repartir en direction d’Angers. Deux autres trains ont été stoppés sur le même axe.

La Région a porté plainte

Dans un communiqué, le syndicat Sud Rail indique ce jeudi « ce train circulait sans contrôleur en direction d’Angers ». « La direction SNCF porte une grande responsabilité dans cet évènement, poursuit Sud Rail. La direction SNCF veut réduire ses coûts sous pression de l’autorité organisatrice qui ouvre dogmatiquement le marché ferroviaire TER à la concurrence. Pour cela, elle supprime du personnel et aujourd’hui, il y a de plus en plus de trains TER sans contrôleurs. » Le syndicat demande notamment « que chaque train soit accompagné par au moins un contrôleur sur tout le
trajet, le renforcement des effectifs dans les gares et à la surveillance générale ferroviaire ».

Christelle Morançais, présidente de la région Pays-de-la-Loire, a fait savoir en fin de journée ce jeudi que la région (qui a la gestion des TER) allait porter plainte.