Saint-Etienne : La liaison entre un détenu et une surveillante s’invite devant la justice

JUSTICE Des photos de la surveillante, dénudée, avaient circulé au sein de la maison d’arrêt de la Talaudière, vers Saint-Etienne

E.F.

— 

Illustration dans leur prison
Illustration dans leur prison — M.LIBERT/20 MINUTES

Leur idylle a éclaté au grand jour après que des photos de la jeune femme, dénudée, ont circulé au sein de la prison. Une ancienne surveillante de la maison d’arrêt de La Talaudière, vers Saint-Etienne (Loire), a été condamnée à dix mois de prison avec sursis la semaine dernière devant le tribunal correctionnel, pour une liaison avec un détenu dont elle avait la charge.

Révoquée à la suite de ces faits

Leur histoire a débuté au téléphone, lorsque l’homme de 27 ans était incarcéré, avec près de 900 échanges relevés entre les amants entre décembre 2018 et mars 2019. Puis elle a continué, de manière plus intime, à sa sortie de prison, rapporte Le Progrès. A la barre du tribunal, la jeune femme de 35 ans a reconnu leur liaison, arrivée «comme ça». «C’est la vie», a-t-elle glissé, en reconnaissant aussi la détention de 18 grammes de cannabis découverts chez elle dans le cadre de l’enquête et réservés à sa consommation personnelle.

Le détenu, qui a reconnu avoir entretenu une liaison avec la surveillante, révoquée depuis, a nié toute histoire au sein de la prison, malgré les échanges découverts entre eux sur leurs téléphones respectifs. Condamné à dix-huit reprises par le passé, le jeune homme a écopé d'une peine de huit mois de prison ferme pour recel d’un téléphone portable.