Refusant d'être à nouveau privés de liberté, des jeunes continuent à faire la fête malgré le confinement.
Refusant d'être à nouveau privés de liberté, des jeunes continuent à faire la fête malgré le confinement. — Canva/20 Minutes

EPIDEMIE

Coronavirus à Lille : Une soixantaine de jeunes verbalisés lors d’une fête clandestine

Mikaël Libert

Les policiers avaient été appelés pour du tapage nocturne en provenance d’un appartement du centre-ville

« On fait plus la fête, la bamboche, c’est terminé ». Dans la nuit de jeudi à vendredi, les policiers ont mis un terme à une grosse fiesta qui avait été organisée dans un appartement à Lille en dépit de l'épidémie de coronavirus et du couvre-feu. Tous les participants ont été verbalisés a-t-on appris auprès de la direction départementale de la sécurité publique (DDSP).

Dans le courant de la nuit dernière, les services de police ont reçu plusieurs appels de riverains de la rue Nationale, à Lille. Ils se plaignaient du tapage provenant d’un immeuble de cette même rue. Plusieurs patrouilles ont été envoyées sur place, vers 0 h 20.

Débordée par le nombre de participants à sa fête

En pénétrant dans le bâtiment, les policiers ont constaté que plusieurs dizaines de personnes étaient présentes dans les parties communes, générant un certain vacarme. C’est alors qu’une jeune fille de 18 ans s’est présentée à eux. Etudiante en médecine et locataire d’un appartement dans l’immeuble, elle a reconnu avoir été débordée par le nombre de participants à la fête qu’elle avait organisée.

Selon la police, environ 60 personnes ont été verbalisées soit pour non-respect du couvre-feu, soit pour non-port du masque, soit pour les deux. L’organisatrice de la bamboche, elle, a été placée en garde à vue pour « mise en danger de la vie d’autrui ».

Des questions sur les motifs de verbalisation

20 Minutes a toutefois demandé des précisions à la DDSP au sujet des verbalisations des fêtards. En effet, un domicile ou les parties communes d’un immeuble d’habitation sont considérés comme des lieux privés dans lesquels l’obligation de port du masque ne s’applique pas. La question se pose aussi pour le non-respect du couvre-feu. « Le couvre-feu est l’interdiction de se déplacer hors de son lieu de résidence », est-il précisé sur le site Internet service-public.fr. Il n’est pas interdit de se trouver chez une autre personne entre 18h et 6h.

Contacté par 20 Minutes, le parquet de Lille confirme que la garde à vue de l’étudiante a été levée dans la matinée. « Des vérifications sont en cours pour apporter une réponse judiciaire appropriée », a ajouté le parquet. On ne sait toujours pas si les motifs de verbalisation des participants sont valables.