Toulouse : Dans quelles circonstances une conductrice a-t-elle tué un cycliste et en a-t-elle blessé deux autres ?

ENQUETE Un cycliste a perdu la vie ce jeudi au nord de Toulouse et deux autres ont été blessés sur le parcours d’une automobiliste qui a été hospitalisée d’office. Voici ce que l’on sait de l’enquête sur ce drame

B. Colin et H. Ménal

— 

La petite route de Cépet, au nord de Toulouse, où la course meurtrière a pris fin.
La petite route de Cépet, au nord de Toulouse, où la course meurtrière a pris fin. — B. Colin - 20 Minutes
  • Ce jeudi, au nord de Toulouse, une automobiliste a percuté trois cyclistes, à trois endroits différents. L’un n’a pas survécu.
  • A l’issue d’une course-poursuite, un gendarme a dû faire feu pour arrêter la conductrice, sans la blesser.
  • Agée de 36 ans, la suspecte a été hospitalisée d’office.

En une demi-heure, la conductrice a percuté à trois reprises, et à trois endroits différents, des cyclistes. L’un, âgé de 65 ans, n’a pas survécu, un autre a été touché à la hanche, le troisième est choqué. Les collisions successives se sont produites ce jeudi, en fin de matinée, au nord de Toulouse, occasionnant une course-poursuite avec les gendarmes. Plusieurs heures après le drame, voici ce que l’on sait de l'enquête et du parcours meurtrier​ de cette femme.

Trois accidents, à trois endroits différents

Le premier acte de ce drame a eu lieu vers 11 h 15 sur la commune de Fronton où un premier cycliste a été percuté par une Renault Captur. La conductrice a pris la fuite, entraînant deux brigades de gendarmerie à ses trousses et percutant deux autres cyclistes dans sa course, dont un mortellement sur la commune de Cépet. 

Un cycliste a d'abord été percuté à Fronton, puis deux autres, dont un mortellement, à Cépet.
Un cycliste a d'abord été percuté à Fronton, puis deux autres, dont un mortellement, à Cépet. - Map4News

Les gendarmes ont dû se relayer, certains de leurs véhicules quittant la poursuite pour porter secours aux victimes successives. Ce sont eux qui ont réalisé le massage cardiaque au cycliste avant l’arrivée des secours qui n’ont pas réussi à le réanimer.

Un tir non létal pour arrêter la conductrice

Les militaires ont fini par doubler la voiture folle pour lui barrer le passage. La conductrice, refusant toujours de s’arrêter, a percuté à deux reprises leur véhicule. C’est à ce moment-là qu’un gendarme a ouvert le feu. « Un seul tir, dans le montant avant de la voiture », a précisé sur place Francis Boyer, vice-procureur de la République de Toulouse. Il n’a pas touché la conductrice mais a mis fin à son parcours mortel.

Dans sa course folle, elle avait déjà percuté un autre automobiliste par l'arrière.

Qui est l’automobiliste ?

Les gendarmes décrivent comme « prostrée » la conductrice de 36 ans qu’ils ont interpellée à Cépet. Il s’agit d’une habitante du Tarn-et-Garonne voisin. Elle vit chez ses parents et connaît des troubles psychiatriques. Sa garde à vue n’a d’ailleurs pas duré longtemps puisqu’elle a été hospitalisée d’office après un examen médical. « On ne sait encore rien de ses motivations », a expliqué le représentant du parquet.

« Les poursuites seraient d’ordre criminel s’il devait y en avoir », a ajouté Francis Boyer. Il a confié ce volet de l’enquête à la Brigade de recherche Toulouse-Saint-Michel. La section de recherche de Toulouse est de son côté chargée des investigations sur le tir qui a stoppé la suspecte.