Guadeloupe : Un lycéen blessé à l’arme blanche en tentant de stopper une bagarre

AGRESSION La victime, dont les jours ne sont pas en danger, « a fait preuve d’un grand sens civique », a indiqué le rectorat dans un communiqué

20 Minutes avec agences

— 

Un gendarme. (illustration)
Un gendarme. (illustration) — ALLILI MOURAD/SIPA

Un lycéen de 17 ans a été blessé à l’arme blanche en Guadeloupe, ce mercredi matin, vers 7 h, devant son établissement. L’un de ses camarades a été interpellé et placé en garde à vue, a-t-on appris de sources concordantes. Une enquête pour « violences volontaires avec arme » a été ouverte et confiée à la Brigade de recherche du Moule, a indiqué Patrick Desjardins, procureur de la République de Pointe-à-Pitre.

« Un motif vraiment futile »

L’adolescent a été blessé « alors qu’il voulait s’interposer » au cours d’une bagarre entre deux de ses camarades, a indiqué de son côté le rectorat dans un communiqué diffusé ce mercredi après-midi.

« Les circonstances précises restent à établir », affirme le procureur, évoquant toutefois une altercation ayant éclaté « pour un motif vraiment futile ». Le suspect, un autre lycéen interpellé peu après et dont la garde à vue a été levée quelques heures plus tard, n’est « pas du tout connu des services et présente des garanties de représentation », a précisé le procureur. Sa garde à vue pourra reprendre ultérieurement, notamment après l’audition de la victime.

Des « actes inacceptables de violence »

Le jeune blessé, dont le pronostic vital n’est pas engagé, « a fait preuve d’un grand sens civique », selon le Rectorat qui dénonce des « actes inacceptables de violence ». « La cellule d’écoute académique sera déclenchée » et « des suites disciplinaires seront données », précise encore le rectorat.

La circulation des armes en Guadeloupe est une problématique prise très au sérieux par les autorités, y compris dans les établissements scolaires. Ce mardi, 200 lycéens ont été contrôlés devant un lycée de Capesterre-Belle-Eau (commune de la Basse-Terre). « Une paire de ciseaux, une barre métallique et un couteau à cran d’arrêt » ont été saisis, selon la Police nationale.