Reims : Vingt-sept étudiants interpellés en pleine fête clandestine dans un petit appartement

VIRUS La mise en danger d'autrui n'a pas été retenue contre la locataire de l'appartement

T.G. avec AFP
— 
Refusant d'être à nouveau privés de liberté, des jeunes continuent à faire la fête malgré le confinement.
Refusant d'être à nouveau privés de liberté, des jeunes continuent à faire la fête malgré le confinement. — Canva/20 Minutes

Ce sont les voisins qui ont prévenu la police. Vers 3h30 du matin dans la nuit de lundi à mardi, 27 étudiants ont été interpellés alors qu’ils participaient à une fête clandestine dans un appartement du centre de Reims, au mépris des règles du couvre-feu.

Ils étaient pour la plupart issus de l’école de commerce rémoise Néoma et du campus Sciences-Po Reims et aucun ne portait de masque, a indiqué mardi le parquet de Reims, confirmant une information du quotidien L'Union. « La locataire de l’appartement a été placée en garde à vue pour mise en danger de la vie d’autrui », a précisé le procureur Matthieu Bourrette.

Effectuer un stage de citoyenneté.

Agée de 20 ans et inconnue des services de police, la jeune fille est sortie de garde à vue plus tard dans la journée. Le parquet n’a finalement pas retenu la « mise en danger d’autrui » mais le tapage nocturne et « l’ivresse publique et manifeste ». Elle devra effectuer un stage de citoyenneté.

« Dans la situation sanitaire et sociale du moment, j’assume cette réponse pénale immédiate, de la garde à vue à la mesure alternative », a expliqué Matthieu Bourrette, décrivant une étudiante « penaude et repentante » qui s’est fait « déborder » au cours de cette soirée. Vingt-trois autres étudiants ont été verbalisés pour « ivresse publique et manifeste ».