Un réseau de fraude impliquant des VTC démantelé à l'aéroport Roissy Charles-de-Gaulle

ENQUETE Des centaines de chauffeurs clandestins employés par des sociétés fictives brassaient des millions d’euros en chargeant des clients à l’aéroport Roissy Charles-de-Gaulle

20 Minutes avec AFP

— 

Illustration de VTC.
Illustration de VTC. — Pierre Andrieu

Une arnaque bien ficelée. Un vaste réseau de fraude impliquant des VTC opérant à l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle a été démantelé et ses quatre responsables présumés renvoyés devant la justice, a-t-on appris auprès du parquet de Bobigny. L’enquête, partie il y a 11 mois d’un contrôle de routine au cours duquel des policiers spécialisés opérant sur l’aéroport avaient repéré une fausse carte VTC, a permis de mettre au jour un système rodé.

Les chauffeurs clandestins étaient recrutés par petites annonces sur des sites spécialisés et employés sans être déclarés à l'URSSAF par des sociétés dirigées par des gérants de paille. Ces structures ont encaissé sans rien déclarer au fisc les bénéfices de leurs courses, soit un pactole de 5 millions d’euros sur un an, avant de blanchir l’argent selon différents modes opératoires. Le préjudice pour les finances publiques est estimé à près de 3 millions d’euros, dû au manque à gagner en impôts et cotisations sociales divers.

Une peine de prison de 10 ans encourue

Jeudi 17 et vendredi 18 décembre, les protagonistes de ce réseau ont été interpellés en Seine-Saint-Denis et à Paris. Des saisies ont été réalisées, parmi lesquelles plusieurs montres de luxe.

Les quatre principaux acteurs présumés de cette fraude, parmi lesquels un ancien banquier d’affaires, seront jugés le 19 mai prochain pour blanchiment et travail dissimulé commis en bande organisé. Ils encourent dix ans d’emprisonnement et 750.000 euros d’amende.