Haute-Garonne : Ils avaient convoyé plus de 400 kg de cannabis d’Espagne depuis mai, plusieurs trafiquants interpellés

GENDARMERIE Les gendarmes de la Haute-Garonne ont interpellé douze personnes, au cœur d’un trafic d’import de cannabis en provenance d’Espagne

Béatrice Colin

— 

Saisie de drogue, d'armes et de véhicules lors du démantèlement d'un trafic de drogue à l'ouest de Toulouse.
Saisie de drogue, d'armes et de véhicules lors du démantèlement d'un trafic de drogue à l'ouest de Toulouse. — Gendarmerie 31
  • Les gendarmes de la Haute-Garonne viennent de démanteler un réseau de trafic de drogue qui alimentait l’ouest toulousain.
  • Au cours de plusieurs convois en provenance de l’Espagne, les trafiquants ont transporté plus de 400 kg de drogue.
  • Douze personnes ont été mises en examen et plus de 120.000 euros d’avoirs criminels ont été saisis.

Une erreur de conduite, qui aurait pu être tout ce qu’il y a de plus banale, a conduit au démantèlement d’un gros réseau de trafic de drogue de l’agglomération toulousaine ces derniers jours. Tout est parti d’un refus d’obtempérer, le 20 mai dernier, à Léguevin, à l’ouest de Toulouse. Le conducteur d’une voiture de location manque de percuter des  gendarmes avant de prendre la fuite.

Il finit par abandonner son véhicule, mais aussi un sac contenant 1,2 kg de cannabis. Arrêté, il est placé en garde à vue, puis deux mois plus tard, condamné par le tribunal correctionnel de Toulouse à 10 mois d’emprisonnement. Mais l’histoire n’en est pas restée là. Le Procureur de la République a décidé d’ouvrir une information judiciaire contre X pour acquisition, détention, transport, offre ou cession, importation de stupéfiants et association de malfaiteurs. Avec l’objectif de retrouver les complices du condamné.

Au fur et à mesure de leur enquête, les membres de la brigade de recherches de Toulouse-Mirail vont se rendre compte que l’homme appartient à un réseau d’importation de stupéfiants entre l’Espagne et la France. Sur une période de six mois, une dizaine de convois a été identifiée, avec à leur bord plus de 400 kg de drogue, dont le contenu atterrit au domicile d’un Toulousain qui gère la revente sur l’ensemble de l’ouest de l’agglomération.

Douze interpellations

Dix convoyeurs et la personne à la tête du réseau, recherchée pour plusieurs mandats, sont repérés. Tout comme une société de location de véhicules qui sert aussi de prête-nom pour l’immatriculation des voitures du chef de cette équipe de trafiquants et lui fournit de faux papiers d’identité belges. La filature est mise en place le 27 octobre en Espagne, lors du départ de trois véhicules et six convoyeurs. Ils sont interpellés à leur arrivée à Paulhac, au nord de Toulouse par des membres du GIGN et du peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie de Colomiers. Lors de cette interpellation, les militaires saisissent près de 50 kg de drogue, des armes et plus de 1.000 euros en espèces.

Une deuxième vague d’arrestation de trois personnes a lieu le 12 novembre 2020. Cette fois, en plus d’une arme et d’un kilo de cannabis, plus de 13.000 euros sont trouvés ainsi que quatre voitures d’une valeur globale de 91.000 euros. Dans le même dossier, une personne jouant les « nourrices » est interpellée le 8 décembre dans le Lauragais par les policiers toulousains. Et deux jours plus tard, ce sont trois autres convoyeurs qui sont placés en garde à vue.

Au total, le démantèlement de ce réseau par la gendarmerie de la Haute-Garonne a permis la mise en examen de douze personnes, dont onze placées en détention dans l’attente de leur jugement, ainsi que la saisie de 120.000 euros d’avoirs criminels.