Affaire Estelle Mouzin : Fin des fouilles pour retrouver le corps de la fillette dans les Ardennes

ENQUETE Ces nouvelles fouilles se déroulaient « dans des endroits que le tueur en série Michel Fourniret a indiqués sur place »

20 Minutes avec AFP
— 
Une affiche datée de 2003 à Paris pour aider à retrouver Estelle Mouzin, disparue depuis.
Une affiche datée de 2003 à Paris pour aider à retrouver Estelle Mouzin, disparue depuis. — AFP

Les recherches n’ont rien donné. Une nouvelle série de fouilles dans les Ardennes pour tenter de retrouver le corps d’Estelle Mouzin se sont révélées infructueuses dans le cadre de l’enquête sur l’enlèvement en 2003 de la fillette, a-t-on appris auprès d’un avocat de la famille.

« Les fouilles sont terminées et ne reprendront pas demain », vendredi, a déclaré Didier Seban, l’un des avocats de la famille Mouzin. « Il n’a malheureusement pas été trouvé d’éléments utiles à l’enquête. »

Pelleteuses, drone, des militaires, détecteurs de métaux…

Pendant quatre jours d’importants moyens – dont deux pelleteuses de 20 tonnes, un drone, des militaires, un archéologue, des détecteurs de métaux – ont été engagés par la juge d’instruction parisienne Sabine Kheris pour explorer et déboiser une zone d’environ trois hectares dans le vaste bois du château du Sautou (Ardennes), ancienne propriété de Michel Fourniret.

C’est sur cette propriété de 15 hectares située sur la commune de Donchery que les corps de deux jeunes victimes avaient déjà été retrouvés en 2004. Michel Fourniret y a vécu de 1989 à 1991 et continué de s’y rendre régulièrement jusqu’à son arrestation en 2003.

Des endroits « qui n’ont jamais été explorés »

Ces nouvelles fouilles se déroulaient « dans des endroits que Michel Fourniret a indiqués sur place », lors de son déplacement fin octobre avec la juge en présence de son ex-femme Monique Olivier, et « qui n’ont jamais été explorés », avait indiqué lundi Me Seban au démarrage des fouilles. En juin, les enquêteurs qui tentent de faire la lumière sur la disparition de la fillette alors âgée de 9 ans avaient déjà exploré les lieux, sans résultat.

Aujourd’hui âgé de 78 ans, « l’Ogre des Ardennes », condamné à la perpétuité incompressible pour les meurtres de sept jeunes femmes ou adolescentes entre 1987 et 2001, avait fini par avouer en mars sa responsabilité dans cette affaire, après avoir été mis en cause par son ancienne épouse et complice. Il a ensuite été mis en examen pour « enlèvement et séquestration suivis de mort ».

« La famille d’Estelle est sensible à l’importance des moyens déployés et considère que, sous l’impulsion de la juge Kheris, l’enquête permet d’établir l’implication de Michel Fourniret et Monique Olivier dans l’enlèvement et le meurtre d’Estelle », a souligné Me Seban.