Grand-Est : 19 personnes en garde à vue après le démantèlement de deux réseaux de trafic de drogue

STUPS Un trafic sophistiqué de cannabis, d’héroïne et de cocaïne est concerné par cette affaire

20 Minutes avec AFP

— 

Illustration d'agents de la police judiciaire.
Illustration d'agents de la police judiciaire. — C. Allain / 20 Minutes

Dix-neuf personnes ont été mises en examen, dont sept écrouées, lors des démantèlements de deux trafics de stupéfiants distincts agissant dans l’est de la France, a-t-on appris vendredi de sources judiciaires. A Épinal, vingt personnes ont été interpellées mardi après une opération du SRPJ de Nancy, du Groupement Interministériel de Recherches (GIR) de Lorraine et du commissariat d’Épinal avec l’appui du Raid, a indiqué le procureur de la République Nicolas Heitz.

L’enquête, placée sous la conduite d’un juge d’instruction, a permis de mettre « en exergue un trafic sophistiqué de cannabis, d’héroïne et de cocaïne sur le secteur d’Épinal », a expliqué Nicolas Heitz. L’activité du réseau « a été très peu affectée par les deux périodes de confinement, illustrant la solidité de ses filières d’approvisionnement », a souligné le procureur, précisant que les recettes journalières pouvaient être comprises entre « 4.000 et 7.000 euros, témoignant de quantités vendues et d’une clientèle conséquente ».

Une vaste enquête

Au total, quinze personnes ont été mises en examen dans cette affaire et cinq écrouées. Dans le Bas-Rhin, cinq personnes ont été appréhendées, également mardi, par les enquêteurs de la Section de recherches de Strasbourg, de l’Office anti-stupéfiants (OFAST), de la Direction interrégionale de la police judiciaire (DIPJ) et de la Sûreté départementale, a indiqué la Juridiction interrégionale spécialisée (JIRS) de Nancy.

Selon la JIRS, cette opération a permis d’achever le démantèlement d’un réseau de trafic de drogue, notamment d’héroïne et de cocaïne. Il a fait suite à une première vague d’interpellations réalisées en juin 2020 par la Section de recherches de Strasbourg, au cours de laquelle de l’héroïne et des armes de poing de calibre 9 mm avaient été saisies, a précisé la même source.

Ce trafic de stupéfiants, « organisé par quatre malfaiteurs chevronnés, permettait d’irriguer l’agglomération strasbourgeoise », a ajouté la JIRS. Deux hommes et deux femmes ont été présentés à un juge d’instruction pour une mise en examen, a indiqué la JIRS, ajoutant que deux personnes ont été placées sous mandat de dépôt.