Chevaux mutilés : Un cheval blessé par un objet tranchant dans un centre équestre

CRUAUTE Une enquête a été ouverte

N.B.

— 

Un cheval (illustration)
Un cheval (illustration) — ALLILI MOURAD/SIPA

Un cheval a été victime d’une blessure, « commise volontairement », d’un coup porté par un objet tranchant, à Caissargues (Gard), indiquent les gendarmes. L’animal a été retrouvé blessé mardi, au sein d’un centre équestre.

Une enquête a été ouverte, pour tenter d’identifier d’éventuels suspects. Selon les gendarmes, l’animal a pu être rapidement pris en charge par un vétérinaire, « qui a pu le soigner correctement et rapidement ». Son pronostic vital n’est pas engagé.

Deux autres enquêtes dans le Gard et l’Hérault ces derniers jours

Face au nombre important, ces dernières semaines, de mutilations d’équidés, les gendarmes invitent les propriétaires à rester vigilants sur leur exploitation « en appliquant des règles simples de sécurité passive » : enfermer les chevaux la nuit dans les écuries, vérifier le bon état des clôtures et des fermetures, mettre en place des caméras de piège photographique, des chiens de garde… Les « milices », elles, sont à proscrire, poursuivent les services de la gendarmerie du Gard.

Les mutilations de chevaux se multiplient ces derniers jours en Languedoc. Les gendarmes de la compagnie de Bagnols-sur-Cèze ont ouvert une enquête, après la découverte, dimanche, d’un cheval mort. L’animal, qui a été retrouvé sans vie à Laval-sur-Romain, a été tué d’une balle dans la tête.

Le 18 novembre, une enquête avait été ouverte dans l’Hérault après la découverte d’un cheval mutilé, à Vacquières. La nature de ces mutilations exclut « qu’elles soient le résultat d’un acte animal », avait précisé le procureur adjoint de la République de Montpellier, Jacques-Philippe Redon. Le cheval a été émasculé et a eu les yeux arrachés.