Pyrénées : Un agent espagnol entendu pour l’empoisonnement de l’ours Cachou

FAITS DIVERS Selon l'association Pays de l'Ours-Adet, un agent de l'environnement d'Aran, en Catalogne espagnole, a été arrêté dans le cadre de la mort de l'ours Cachou le 9 avril

J.R. avec AFP

— 

La dépouille de l'ours Cachou entouré d'agents spécialisés du Conseil général du Val d'Aran, en Espagne, lors de sa découverte.
La dépouille de l'ours Cachou entouré d'agents spécialisés du Conseil général du Val d'Aran, en Espagne, lors de sa découverte. — Conselh Generau d'Aran

Depuis sa mort le 9 avril, la polémique enflait sur les causes du décès de l’ours Cachou. Selon l'association Pays de l'Ours-Adet, qui cite la presse espagnole, un agent de l’environnement du conseil général d’Aran a été arrêté et est actuellement entendu sur la mort de cet ours de 5 ans retrouvé sans vie sur le versant espagnol des Pyrénées, dans le Val d’Aran.

Cet agent aurait été confondu par son téléphone portable. Depuis la mort du plantigrade, les autorités espagnoles plaidaient pour une bagarre avec un autre ours, suivie d’une chute mortelle, alors que certaines associations espagnoles pointaient, elles, la piste de l’empoisonnement.

Résultats de l’autopsie inconnus

Le Conseil général d'Aran n’a pas confirmé cette information et a fait valoir son « respect à la procédure judiciaire ouverte et à la présomption d'innocence de la personne impliquée », dans un communiqué. Dès l’autopsie de Cachou le 14 avril, le juge catalan avait demandé le secret de l’instruction, ce qui avait interpellé les associations de défense de l’ours soupçonnant un empoisonnement, et non une cause naturelle. Les résultats de l’autopsie ne sont d’ailleurs toujours pas connus.

Cachou, fils de Balou et de Plume, est né dans les Pyrénées en 2015. En août 2019, les autorités du val d'Aran avaient demandé le « retrait immédiat » de l’ours Cachou, dénonçant son comportement de prédateur et mis en cause dans la mort de cinq chevaux.