Nantes : Plus de 800 véhicules vendus avec des compteurs trafiqués

ESCROQUERIE Onze personnes, reliées à deux entreprises de la région nantaise, ont été interpellées mardi

Frédéric Brenon

— 

Illustration gendarmerie.
Illustration gendarmerie. — SYSPEO/SIPA

Elles diminuaient les kilométrages des voitures pour les rendre plus attractives. Un réseau d’escroquerie à la vente de véhicules a été démantelé dans la région nantaise, annonce la gendarmerie nationale. Deux entreprises, qui se faisaient connaître sur des sites de petites annonces (comme Leboncoin), auraient participé au trafic.

La première, visée par la plainte d’une cliente, a vendu sur une période de deux ans et demi un millier de véhicules, dont 449 présentant une anomalie au niveau du compteur kilométrique (diminution entre 20.000 et 200.000 km). La seconde entreprise, reliée à la première, a écoulé 735 véhicules, dont 382 présentant des défauts de kilométrages (diminution entre 20.000 et 180.000 km). La plupart de ces véhicules étaient immatriculés en Loire-Atlantique.

De nombreux objets suspects saisis

Les investigations des gendarmes ont conduit aux interpellations, mardi, dans l’agglomération nantaise, de dix hommes et une femme originaires d’Europe de l’est. Des moyens informatiques « permettant la réalisation de la fraude sur les compteurs et calculateurs » de voitures ont été découverts. Des sacs de marque, des cigarettes importées illégalement, six véhicules et des bijoux ont aussi été saisis, rapporte la gendarmerie. Les enquêteurs ont également saisi près de 86.000 euros sont en liquide et sur les comptes bancaires des suspects.

Une « importante quantité d’objets volés à l’étalage » a également été trouvée au domicile d’un des suspects, ce qui provoque l’ouverture d’une nouvelle enquête pour recel.

Sur les onze personnes mises en cause, sept seront jugés en 2021. Quatre autres ont reçu une « obligation de quitter le territoire français ».