Attentat à Conflans : Gérald Darmanin demande aux préfets une « vigilance accrue » autour des établissements scolaires

SECURITE Le ministre de l’Intérieur a précisé que la moindre menace devra être remontée rapidement

20 Minutes avec AFP

— 

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a demandé aux préfets de
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a demandé aux préfets de — ISA HARSIN/SIPA

Après l’assassinat de Samuel Paty, décapité près de son collège de Conflans-Saint-Honorine vendredi, Gerald Darmanin veut « prévenir tout acte qui pourrait être commis par mimétisme ». « Je vous demande de rappeler aux forces de l’ordre placées sous votre autorité la nécessité de faire preuve d’une vigilance accrue tout particulièrement en ce qui concerne la protection des établissements scolaires », a écrit le ministre de l’Intérieur dans un télégramme daté de dimanche, révélé par Le Figaro.

« Toutes menaces susceptibles de peser » sur les enseignants, le personnel ou les élèves devront faire l’objet d’une « remontée rapide », écrit le ministre. « Les appels à la haine et les menaces spécifiques » sur les réseaux sociaux, accusés d’avoir favorisé le passage à l’acte de l’assaillant, devront faire l’objet d’un « traitement approprié permettant d’analyser le niveau de menace et de mettre en place les mesures de protection nécessaires ».

Réunions hebdomadaires des préfets

Pour analyser les risques, les préfets sont enjoints de réunir à « un rythme hebdomadaire » les groupes d’évaluation départementaux (GED), composés sous leur autorité des responsables de la sécurité intérieure, de la police nationale et de la gendarmerie.

Ils sont aussi invités à prendre en charge « les personnes signalées en voie de radicalisation », dans le cadre des cellules de prévention de la radicalisation et d’accompagnement des familles (CPRAF), un dispositif créé en 2014.