Un ex-policier aurait vendu des informations facilitant des règlements de compte à Marseille

ENQUETE Un ancien policier français, surnommé Haurus, déjà connu de la justice dans une affaire sur le Darknet, est soupçonné d’avoir transmis des informations facilitant des règlements de comptes à Marseille

20 Minutes avec AFP

— 

Un policier lors d'une manifestation à Marseille (illustration).
Un policier lors d'une manifestation à Marseille (illustration). — SOPA Images / SIPA

Il était déjà dans le viseur de la justice après avoir été soupçonné d’avoir vendu des informations sur le Darknet, où il se faisait appeler « Haurus ». Un ancien brigadier de la direction générale de la sécurité intérieure a été placé en garde à vue dans une enquête pour « association de malfaiteurs en vue de crimes en bande organisée ».

Selon Le Parisien qui a révélé l’affaire, les enquêteurs soupçonnent cet ex-policier d’avoir transmis des informations tirées des « fichiers de police ayant facilité plusieurs règlements de comptes dans le milieu marseillais ». Le quotidien cite parmi ces règlements de compte le meurtre d’un homme appartenant au narcobandistisme marseillais dans son quartier de la Capelette le 5 avril 2018.

Un autre homme interpellé

L’ex-policier a été « placé en garde à vue dans le cadre d’une information judiciaire ouverte en 2019 pour des faits d’association de malfaiteurs en vue de crimes en bande organisée », a confirmé la procureure de Marseille Dominique Laurens. Un autre homme a aussi été interpellé. « Ces délits sont punis de dix ans en bande organisée », a ajouté Dominique Laurens.

Cet homme avait été repéré en juin 2018 par les enquêteurs de l’Office central pour la répression de l’immigration irrégulière et l’emploi d’étrangers sans titre (Ocriest) lors d’une veille classique sur ce réseau parallèle et mis en examen fin septembre 2018. Sur ce réseau où les échanges sont totalement anonymisés, « Haurus » proposait la vente d’informations confidentielles en échange d’un règlement en Bitcoins.