Saint-Ouen : « Toi qui viens te procurer ta drogue »... Des riverains écrivent aux clients des dealers

STUPEFIANTS La lettre pourrait être affichée dans les parties communes de la résidence

R.L.

— 

Aujourd'hui, on peut se faire livrer de la drogue aussi facilement qu'une pizza.
Aujourd'hui, on peut se faire livrer de la drogue aussi facilement qu'une pizza. — SIPA

« Toi qui viens te procurer ta drogue dans les halls et escaliers de nos résidences, puis tu t’empresses chez toi, afin d’échapper aux rares contrôles de la police, pour enfin retrouver ta tranquillité, sais-tu que cela nous laisse, nous, sans cette tranquillité, sans sécurité, dans une cité délabrée, dégradée et chaotique ? » Le ton est donné. A Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis), l’amicale Charles-Schmidt, qui regroupe des riverains de cette cité particulièrement touchée par le trafic de drogue a décidé d’adresser une « lettre ouverte » aux acheteurs.

Cette missive qui a été publiée le samedi 3 octobre dernier sur Facebook s’achève ainsi : « Ne viens plus chez nous, tu n’es pas le bienvenu. »

« On veut éveiller les consciences »

Selon le Parisien, c’est un père de famille, qui vit dans la cité depuis un peu moins de dix ans, qui a eu l’idée il y a quelques jours. « On veut éveiller les consciences, car on estime que tout le monde se doit d’être responsable, les acheteurs y compris », explique-t-il au quotidien, qui précise que l’amicale a demandé à son bailleur, Seine-Saint-Denis Habitat, d’afficher ce courrier dans les parties communes de la résidence.

« Les habitants pourront l’afficher. Cela relève de leur responsabilité tant qu’elle ne comporte pas de propos sexistes, ou d’incitation à la haine, et ce n’est pas le cas », a répondu au Parisien la direction ce jeudi.