Attaque à l’arme blanche à Paris : Darmanin a demandé de renforcer la sécurité autour de certains lieux symboliques

TERRORISME Le week-end est particulier : c’est la fête juive du Yom Kippour

20 Minutes avec AFP

— 

Gérald Darmanin est le ministre de l'Intérieur depuis juillet 2020.
Gérald Darmanin est le ministre de l'Intérieur depuis juillet 2020. — CELINE BREGAND/SIPA

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a estimé dimanche que les Français et leurs dirigeants avaient « peut-être (…) collectivement » mis derrière eux la réalité du «  terrorisme islamique », deux jours après l’attaque au hachoir à Paris. « Le ministre de l’Intérieur est là pour rappeler la réalité aux Français. Nous sommes dans une situation extrêmement critique, nous sommes en guerre contre le terrorisme islamique », a-t-il déclaré lors d’un point presse à l’occasion d’une visite de synagogue à Boulogne-Billancourt ( Hauts-de-Seine) pour la fête juive de Yom Kippour.

Deux jours après l’attaque au hachoir qui a fait deux blessés graves devant les anciens locaux de Charlie Hebdo à Paris, il a rappelé que « 32 attentats » avaient été déjoués depuis trois ans. « C’est à peu près un par mois », a-t-il insisté. « J’ai demandé au préfet de police de Paris de renforcer la sécurisation d’un nombre de sites, y compris de sites qui peuvent être symboliques », comme les anciens locaux du journal satirique, a-t-il dit.

« Les juifs sont particulièrement la cible des attentats islamistes », a-t-il ajouté, parlant de « 774 points » (écoles, synagogues) qui sont protégés et plus de 7.000 policiers et militaires mobilisés ce dimanche pour Yom Kippour.

Du côté de l’enquête, huit gardes à vue étaient encore en cours dimanche matin : l’homme se présentant comme Hassan A., 18 ans, né au Pakistan, cinq anciens colocataires de son appartement de Pantin, son petit frère et une connaissance. Une garde à vue a été levée samedi en fin d’après-midi, celle d’un « ancien colocataire », à Cergy (Val-d’Oise), d’Hassan A., âgé de 18 ans et né au Pakistan.