Viol d’une fillette dans la Vienne : Comment le suspect arrêté lundi a été retrouvé

RECIT L’homme, âgé de 31 ans, a été interpellé au volant d’une voiture appartenant à une septuagénaire violée deux jours avant l’agression de la fille de 9 ans

Thibaut Chevillard

— 

L'enquête a été confiée aux gendarmes de la section de recherche de Poitiers (Illustration
L'enquête a été confiée aux gendarmes de la section de recherche de Poitiers (Illustration — E. Frisullo / 20 Minutes
  • Dimanche midi à Villiers, dans la Vienne, une fillette de 9 ans a été enlevée et violée par un homme circulant à bord d’une Citroën C3.
  • Les enquêteurs ont découvert que cette voiture avait été déclarée volée par une septuagénaire, victime elle aussi d’un viol deux jours plus tôt.
  • Un suspect a été interpellé lundi soir et placé en garde à vue. Agé de 31 ans, il a déjà été condamné à 18 reprises par la justice.

Les faits, relatés par le procureur de la République de Poitiers lors d’une conférence de presse, font froid dans le dos. Dimanche, à l’heure du déjeuner, le conducteur d’une Citroën C3 aborde une fillette de 9 ans qui allait acheter du pain à Villiers, dans la Vienne. Soudain, il s’empare d’elle et la jette dans le coffre de son véhicule. II roule un ou deux kilomètres et s’arrête au milieu d’un champ. À l’abri des regards, il viole et frappe l’enfant, qui se débat. L’homme prend ensuite la fuite et abandonne sur place la jeune victime. « Choquée et traumatisé », elle regagne le village de 900 âmes à pieds, avant d’être transportée au CHU de Poitiers pour être soignée, explique Michel Garrandaux.

Alertées, les autorités déclenchent le plan Épervier et d''important moyens sont déployés pour retrouver cet homme dont la fillette a donné « une description précise », poursuit le magistrat. Les enquêteurs de la section de recherche de la gendarmerie, chargés des investigations, apprennent par la suite que le véhicule utilisé par l’auteur de cette agression a été déclaré volé deux jours plus tôt. Il appartient à une femme âgée de 73 ans, habitant le Maine-et-Loire, et qui a été violée par un homme dont la description correspond étrangement au violeur décrit par la fillette.

Condamné à 18 reprises

Mais ce n’est pas tout. Ils découvrent que dimanche matin, une heure avant l’enlèvement de la petite fille, cet individu a également tenté de forcer une joggeuse à monter dans sa voiture. En vain. Les forces de l’ordre vont alors faire le maximum pour retrouver le véhicule. Finalement, sa cavale prend fin lundi soir, quand la Citroën est repérée par une patrouille de police à Saumur. Le conducteur refuse de s’arrêter, une course-poursuite s’engage alors dans les rues de la ville. Mais le fuyard n’ira pas très loin. Interpellé, il est placé en garde à vue, tout comme son passager, un homme de 27 ans qui, selon le procureur de la République, n’a « pas de lien direct » avec ces affaires.

En revanche, le conducteur « correspond en tout point » au suspect décrit par les trois victimes, poursuit Michel Garrandaux. Il s’agit d’un homme de 31 ans, au casier judiciaire très chargé : dans le passé, il a été condamné à 18 reprises, notamment pour des faits de « violence conjugale, trafic de stupéfiants, vols », mais aussi pour un homicide involontaire. Le magistrat souligne qu’il est mis en cause dans une autre affaire concernant « des faits de nature sexuelle intrafamiliales » et indique qu’une enquête est en cours.

Des analyses ADN en cours

Mardi soir, le suspect n’avait pas encore été entendu pas les enquêteurs de la gendarmerie, qui poursuivent leurs investigations. Des traces ADN ont été prélevées sur les victimes et des analyses, dont les résultats n’étaient pas encore connus, ont été réalisées. Un juge d’instruction d’Angers va être saisi prochainement afin de faire toute la lumière sur ces deux affaires sordides.