Yvelines : Un cousin d’Adama Traoré se noie après une intervention de police

ENQUETE Selon les premiers éléments de l’enquête, l’homme, soupçonné d’un vol de moto, tentait de fuir la police. Une enquête a été confiée à l’IGPN

Caroline Politi

— 

Illustration police
Illustration police — G. Varela / 20 Minutes

Espérait-il fuir la police en se jetant dans la Seine ? Un homme de 35 ans – identifié comme un cousin d’Adama Traoré – s’est noyé dans la nuit de dimanche à lundi au large de l’île de la Loge, à Bougival, dans les Yvelines, a appris 20 Minutes de sources concordantes. Une enquête pour préciser les circonstances de sa mort a été ouverte par le parquet de Versailles et confiée à l’ IGPN, la police des polices. Une seconde enquête, pour vol et recel de vol en bande organisée, a été confiée au commissariat de Saint-Germain-en-Laye.

Fuite à pied

L’affaire s’est nouée dimanche, vers 23 heures, à Marly-le-Roi après qu’un riverain a appelé la police pour signaler qu’un groupe d’individus était en train de voler un deux-roues et le charger dans un fourgon. En arrivant sur place, la brigade anticriminalité repère deux hommes en train de s’activer autour du véhicule, dont l’un part immédiatement en courant. Le second, indique une source policière, prend la fuite à bord du fourgon jusqu’à Port-Marly, à quelques kilomètres de là, puis poursuit sa route à pied sur l’île de la Loge.

« Les effectifs l’ont un temps perdu de vue avant de le retrouver en contrebas, près des rives », précise cette source. Selon les premières déclarations des fonctionnaires, lorsqu’ils arrivent sur place, l’homme a déjà sauté dans la Seine et commence à montrer des signes de détresse. Un premier fonctionnaire se jette alors à l’eau pour lui porter secours, rapidement rejoint par un second. En arrêt cardio-respiratoire, la victime n’a pas pu être réanimée.

La famille sceptique quant à la version de la police

Si une autopsie est prévue ce mardi, la famille de Mahamadou Fofana a d’ores et déjà fait savoir qu’elle était dubitative quant à la version livrée par les enquêteurs. « J’y crois pas trop à cette thèse. Mon frère a 35 ans, il a deux enfants, c’est un père de famille responsable. On veut essayer de rétablir la vérité », a indiqué sa sœur sur les réseaux sociaux, lançant un appel à témoin. L’homme identifié par ses proches comme un cousin germain d’Adama Traoré – décédé il y a quatre ans dans la gendarmerie de Persan – faisait l’objet, selon une source judiciaire, d’un mandat d’arrêt après une condamnation pour trafic de stupéfiants.

L’avocat de la famille de la victime, Me Yassine Bouzrou a indiqué auprès de l’AFP réfléchir à l’opportunité de porter plainte « car seule une enquête menée par un magistrat instructeur indépendant pourra rechercher la vérité ». Selon le conseil, contrairement aux déclarations des fonctionnaires, « des témoignages indiquent qu’il n’a pas sauté à l’eau ». « Que ces témoins se fassent connaître, c’est même tout l’objectif de l’enquête ouverte pour identifier les causes de la mort », insiste une source judiciaire.