Chevaux mutilés : Une enquête ouverte dans le Tarn après la découverte d'une jument blessée à l'arme blanche

ENCORE Pour la première fois en Occitanie, une jument a été découverte grièvement blessée à l'oeil par une arme blanche

J.R.

— 

Un cheval (illustration).
Un cheval (illustration). — BLOCH RAPHAEL/SIPA

C’est la première affaire de mutilation de cheval dans la région Occitanie. Alors que de nombreux équidés sont victimes de blessures à l’arme blanche dans toute la France depuis plusieurs semaines, une éleveuse de Garrevaques, dans le Tarn, a retrouvé mercredi soir une de ses juments mutilée sous l’œil.

Selon le parquet de Castres, une enquête a été ouverte pour retrouver les auteurs de cet acte barbare.

Vigilance du milieu équestre

La jument porte la trace de plusieurs plaies profondes, vraisemblablement opérées avec une arme blanche. L’enquête a été confiée à la gendarmerie de Castres et la brigade de gendarmerie de Puylaurens.

Dans la nuit de mardi à mercredi, une jument bretonne avait été retrouvée morte dans le Morbihan, victimes de mutilations à l’oreille et sur l’appareil génital. Face à la multiplication de ces attaques, le milieu équestre est vigilant et s’organise via les réseaux sociaux pour surveiller les chevaux.