Strasbourg : Un homme interpellé après une agression et des tags antisémites

ENQUETE Après avoir malmené un graffeur, le suspect lui a dérobé une de ses bombes de peinture et a inscrit sur le sol « interdit aux juifs » et « salope »

20 Minutes avec AFP

— 

Illustration d'une patrouille de police, ici à Rennes.
Illustration d'une patrouille de police, ici à Rennes. — C. Allain / 20 Minutes

Un homme de 38 ans a été interpellé, ce vendredi, soupçonné d’avoir « bousculé » mercredi à Strasbourg un graffeur portant un T-shirt avec la mention « Israël » puis écrit sur le sol « interdit aux juifs » et « salope », a annoncé une source policière.

Déjà condamné pour des faits de délinquance et souffrant de multiples addictions, le suspect a été interpellé « en début d’après-midi » à son domicile à Strasbourg puis placé en garde à vue, selon cette même source.

Identifié grâce à une « enquête de voisinage »

Il a un profil de « petit délinquant de quartier » mais n’était pas connu pour des faits d’antisémitisme, a-t-on ajouté, précisant qu’il a été identifié grâce à une « enquête de voisinage » et à des éléments fournis par la victime.

Il sera jugé « lundi à 14h00 en comparution immédiate », a indiqué l’avocat du graffeur, Me Raphaël Nisand. Celui-ci s’est félicité de la « rapidité de l’enquête » qui montre que « la police et la justice ont pris les choses vraiment très au sérieux ». « C’est un traitement remarquable du dossier », a-t-il souligné.

« Tu es juif, tu n’as rien à faire ici »

Le suspect est soupçonné d’avoir agressé verbalement et bousculé mercredi en fin d’après-midi un jeune graffeur de confession juive qui était en train de décorer pour le compte de la ville de Strasbourg un boîtier électrique près d’une cité sensible.

Celui-ci portait un T-shirt avec différents noms de villes et de pays, parmi lesquels « Israël », avait indiqué son avocat, Me Raphaël Nisand. Selon les premiers éléments, le suspect interpellé se serait approché avec un autre homme – dont le rôle semble beaucoup plus passif – du graffeur pour le bousculer, avant de lui lancer : « Tu es juif, tu n’as rien à faire ici ». Il lui a même demandé « d’aller changer » de T-shirt, ce que le graffeur a fait, selon Me Nisand.

Une plainte pour « menaces » et « injures raciales »

Revenu finir son travail, la victime a de nouveau été prise à partie par le même homme, cette fois seul. Toujours aussi virulent, il a exigé que le graffeur lui remette l’une de ses bombes de peinture avec laquelle il a tagué au sol « interdit aux juifs » et « salope », a expliqué Raphaël Nisand. « Très traumatisé », son client est parti et a prévenu son responsable à la mairie de Strasbourg qui a lui aussi été agressé verbalement lorsqu’il s’est rendu sur place.

Le graffeur a déposé plainte pour « menaces » et « injures raciales », selon Me Nisand, qui a également été mandaté par l’agent de la ville, le Consistoire israélite du Bas-Rhin et le Bureau national de vigilance contre l’antisémitisme (BNVCA) pour déposer plainte. Dans un communiqué, le BNVCA a salué « les policiers de Strasbourg qui ont interpellé dans un temps très proche de l’infraction l’un des auteurs de l’agression antisémite ».