Grenoble : Une enquête ouverte après la diffusion de vidéos montrant des hommes armés

FAITS DIVERS Les images, tournées dans le quartier Mistral, mettent en scène des hommes encagoulés et pour certains armés.

M.Co.

— 

Des immeubles du quartier Mistral, à Grenoble, le 12 octobre 2010.
Des immeubles du quartier Mistral, à Grenoble, le 12 octobre 2010. — JEAN-PIERRE CLATOT / AFP
  • Deux vidéos, montrant des hommes encagoulés et armés, sont relayées sur les réseaux sociaux.
  • La police confirme à 20 Minutes l'ouverture d'une enquête.
  • Selon le procureur de Grenoble, les images auraient pour but « d’impressionner d’éventuels ennemis ou clans rivaux ».

Une enquête a été ouverte après la diffusion de deux vidéos mettant en scène des hommes encagoulés et armés dans un quartier de Grenoble. Dans une première vidéo, on distingue trois hommes armés et encagoulés semblent faire le guet, aux côtés d’autres hommes portant un tee-shirt sur lequel on distingue l’inscription « Mistral 38 ». Cette vidéo, d’une vingtaine de secondes, est relayée sur les réseaux sociaux depuis lundi.

Dans une seconde séquence, cinq hommes au visage dissimulé, dont certains portent ce même tee-shirt, sont assis derrière une table recouverte de marchandises. A l’arrière-plan, l’inscription « Mistral 38 » a été taguée. Des portraits de Pablo Escobar et d’El Chapo, deux narcotrafiquants, sont également visibles.

La vidéo a été tournée dans un quartier de Grenoble.
La vidéo a été tournée dans un quartier de Grenoble. - Capture d'écran Twitter

L’inscription fait référence au quartier Mistral, à Grenoble. La vidéo a été tournée au pied d’une aire de jeux. La police nationale confirme à 20 Minutes l’ouverture d’une procédure judiciaire sous l’égide du parquet de Grenoble.

Les vidéos « ont manifestement été mises en scène par les dealers eux-mêmes », a indiqué Eric Vaillant, le procureur, au Dauphiné Libéré. Les images auraient pour objectif « d’impressionner d’éventuels ennemis ou clans rivaux qui ambitionneraient de s’approprier ce point de deal dans la guerre de territoires et de pouvoir qui opposent les trafiquants actuellement ».

Le quartier Mistral a été le cadre de violences cet été. Deux fusillades, faisant deux blessés graves, ont éclaté en juillet, selon France Bleu.