Jean Castex annonce 80 millions d’euros d’aides supplémentaires pour les viticulteurs

Crise Destinée aux viticulteurs, cette aide s’ajoute aux 170 millions d’euros déjà débloqués en mai pour soutenir le secteur frappé par la crise

20 Minutes avec AFP

— 

Le Premier ministre Jean Castex avec des viticulteurs dans un domaine AOC à Menetou-Salon, mercredi 5 août 2020.
Le Premier ministre Jean Castex avec des viticulteurs dans un domaine AOC à Menetou-Salon, mercredi 5 août 2020. — GUILLAUME SOUVANT/SIPA

Secteur par secteur, les plans d’aide se succèdent pour endiguer les conséquences de la pandémie. Ce mercredi, le Premier ministre Jean Castex a annoncé une enveloppe supplémentaire de 80 millions d’euros pour soutenir les viticulteurs, durement frappés par la crise.

Cette enveloppe s’ajoute au plan d'aides de 170 millions d’euros débloqué en mai par le précédent gouvernement. « J’ai demandé à ce que ces aides puissent être distribuées le plus rapidement possible car les besoins en trésorerie (…) sont forts », a ajouté le Premier ministre.

Encourager la « transition environnementale »

Sans entrer dans le détail, Jean Castex a précisé que ces aides seraient destinées à améliorer le stockage des surplus et accroître la distillation des invendus.

Le Premier ministre s’était rendu auparavant dans un autre domaine du Cher, sur une exploitation bio à Menetou-Salon. « La qualité, la qualité, la qualité, c’est ça qui est le fer de lance de notre viticulture, il faut encourager la qualité », a plaidé M. Castex.

« Il faut encourager les politiques de filière pour se préparer à cette transition environnementale », a-t-il aussi souligné en promettant un « accompagnement de l’Etat ».

Un manque à gagner de 1,5 milliard d’euros

Au total, les viticulteurs estiment que la crise sanitaire a engendré un manque à gagner d’au moins 1,5 milliard d’euros en raison de la mise à l’arrêt des bars, restaurants, rassemblements festifs et du tourisme.

A la crise du nouveau coronavirus s’ajoute aussi l’effet des sanctions américaines prononcées fin 2019 sur les vins de moins de 14 degrés (hors vins à bulles), en représailles à un différend commercial entre Airbus et Boeing.