Val-d'Oise : Un trafic de voitures volées démantelé, quatre hommes dont un mineur mis en examen

VOL Parmi les quatre interpellés figure un mineur. Le trafic porterait sur au moins 23 véhicules à Paris et dans les départements limitrophes

Caroline Politi

— 

Des voitures (images d'illustration)
Des voitures (images d'illustration) — Ricardo ARDUENGO / AFP

Au moins 23 véhicules volés. « Probablement beaucoup plus. ». Quatre personnes soupçonnées de s’être livrés à du trafic de véhicules ont été interpellées mercredi et jeudi dernier à Argenteuil, dans le Val-d’Oise, a appris 20 Minutes de source policière. Deux d’entre eux, dont un mineur de 16 ans, ont été mis en examen pour vols en bande organisée et participation à une association de malfaiteurs et placés en détention provisoire. Les deux autres, soupçonnés de recel, ont été laissés libre sous contrôle judiciaire.

L’enquête débute au cours du mois de février lorsque plusieurs voitures volées à Paris ou dans des départements limitrophes sont découvertes dans les rues d’Argenteuil. Certaines y restent quelques jours d’autres plusieurs semaines avant d’être enlevées, probablement acheminées par des complices vers l’Afrique afin d’y être revendues. « Ce qui nous a interpellés, au-delà du nombre, c’est que ces véhicules étaient garés à des endroits stratégiques de la ville », indique une source proche du dossier.

Une commission rogatoire délivrée

Les fonctionnaires commencent par cibler quelques individus résidant dans la ville et connus pour des activités similaires. Ils comparent ensuite cette liste aux images de vidéosurveillance des lieux où sont commis les vols. Pari gagnant : l’un d’eux est clairement repéré dans un parking de la porte de Champerret en pleine action. Un de ses complices présumés est également identifié. Le mode opératoire est relativement simple mais particulièrement efficace : les voleurs commandaient sur Internet des clés vierge qu’ils encodaient ensuite avec la plaque de la voiture repérée.

S’en suivent dès lors plusieurs semaines de filatures – interrompues pendant le confinement – pour tenter de remonter tous les maillons de la chaîne. Les deux individus soupçonnés d’être les auteurs des vols travaillaient chacun avec une équipe. « L’un comme l’autre sont déjà bien connus de nos services pour des faits similaires », précise cette même source. Une commission rogatoire a été délivrée pour poursuivre les investigations.