Deux-Sèvres : Des gendarmes mobiles en renfort pour mettre fin aux violences urbaines

AFFRONTEMENTS Une soixantaine de gendarmes ont été envoyés à Bressuire, dans les Deux-Sèvres, après des flambées de violence à répétition

G.D. avec AFP

— 

Illustration d'un gendarme.
Illustration d'un gendarme. — SYSPEO/SIPA

La ville est le théâtre, depuis la fin juin, d’une flambée de violences. Bressuire, au nord des Deux-Sèvres, a vu arriver le renfort d’une soixantaine de gendarmes de l’escadron mobile de Saint-Amand-Montrond, dans le Cher, a annoncé, ce lundi, la gendarmerie à l’AFP.

En moins d’un mois, dans cette petite ville d’environ 20.000 habitants, sept gendarmes ont été blessés, dont trois le week-end dernier, lors d’affrontements, selon la même source.

Huit interpellations

Dans la nuit de vendredi à samedi, les gendarmes ont été la cible de nombreux projectiles, puis dans celle de samedi à dimanche, c’est une rixe qui a opposé des jeunes dans un quartier prioritaire aux pourtours de la ville. Au total, les gendarmes ont procédé jusqu’ici à huit interpellations : des jeunes de 16 à 23 ans.

« C’est l’objectif avec ces renforts d’effectifs : être plus nombreux sur le terrain pour rassurer les habitants et mettre la main sur les auteurs de ces violences », a expliqué à l’AFP le commandant Emmanuel Weber de la compagnie de gendarmerie de Bressuire.