Paris : Une montre à 200.000 euros, un tableau de maître… L’appartement de Thomas Fabius cambriolé

ENQUETE Une enquête a été ouverte par le parquet de Paris après que l’appartement du fils du président du Conseil constitutionnel a été cambriolé

Thibaut Chevillard
— 
Thomas Fabius (au centre) à Roland Garros en 2013
Thomas Fabius (au centre) à Roland Garros en 2013 — PDN/SIPA

Une montre de luxe, un tableau de maître… L’appartement parisien de Thomas Fabius a été cambriolé, apprend 20 Minutes de source policière, confirmant une information du Point. C’est la gardienne de l’immeuble du 7e arrondissement où il réside qui a averti, samedi soir, le fils du président du Conseil constitutionnel qui était en déplacement depuis trois jours. Elle avait retrouvé, dans les escaliers, un lecteur DVD lui appartenant. Elle avait aussi trouvé étrange que les lumières de son domicile soient allumées et que la fenêtre donnant sur la rue soit ouverte.

L’alarme installée dans cet appartement de 285 m2 s’était également déclenchée peu de temps après son départ, le 17 juin au matin. Mais la concierge et les policiers de la BAC qui étaient passés n’avaient rien constaté d’anormal. Samedi soir, Thomas Fabius a déclaré aux agents la disparition d’une montre Patek Philippe estimée à 200.000 €, d’un tableau de maître et d’un collier de perles dont il ne connaît pas la valeur, ainsi que de documents. Une enquête a été ouverte par le parquet de Paris, confiée à la brigade de répression du banditisme (BRB) de la police judiciaire.

Ennuis avec la justice

A plusieurs reprises, dans le passé, sa passion pour le jeu et pour les casinos lui a valu des ennuis avec la justice. L’an passé, Thomas Fabius a été condamné à 75.000 € d’amende pour « faux et usage de faux en écriture privée » et « escroquerie ». Il lui était reproché d’avoir rédigé un faux ordre de virement de 200.000 € adressé à un casino de Marrakech (Maroc) où il avait ses habitudes, le Mamounia.

En 2013, après un signalement de Tracfin, la cellule antiblanchiment du ministère des Finances, il avait été entendu par les enquêteurs de l’office central de répression de la grande délinquance financière de la direction centrale de la police judiciaire. Les policiers s’intéressaient de près à l’achat de son appartement pour lequel il avait déboursé 7,5 millions d’euros…

De l’autre côté de l’Atlantique, dans le Nevada, un procureur américain a délivré en 2015 un mandat d’arrêt à l’encontre du fils de l’ancien Premier ministre qu’il accusait d’avoir rédigé des chèques en bois d’un montant total de plus de 3,5 millions de dollars (environ 3,2 millions d’euros) dans des casinos de Las Vegas.