Finistère : Six personnes interpellées dans une affaire d’infanticide

ENQUÊTE Un homme avait tué par balles son enfant de 13 ans avant de se donner la mort le 18 décembre près de Brest

Jérôme Gicquel

— 

Un gendarme de l'identification criminelle. Illustration.
Un gendarme de l'identification criminelle. Illustration. — C. Allain / 20 Minutes

Le drame remonte au 18 décembre. Peu avant 8h ce jour-là, un adolescent de 13 ans avait été tué par balles à Plouarzel (Finistère) alors qu’il se rendait au collège. Soupçonné d’être l’auteur des tirs, le père de l’enfant avait ensuite tenté de tuer son ex-compagne sans y parvenir avant de prendre la fuite. Il s’était donné la mort dans son véhicule à quelques mètres des lieux du crime.

Six mois plus tard, l’enquête a connu une avancée significative. Très tôt, les enquêteurs ont eu la conviction que le père de famille avait bénéficié de complices pour se procurer l’arme ainsi que les munitions. Dans ce cadre, une vaste opération mobilisant près de 80 gendarmes a été menée mardi dans la région brestoise. Elle a débouché sur l’interpellation de six individus, a-t-on appris ce vendredi auprès des gendarmes. Sept autres personnes ont également été entendues en tant que témoins dans cette affaire.

Le potentiel fournisseur de l’arme incarcéré

Lors des perquisitions menées à Brest et à Ploudaniel, les gendarmes ont saisi 350 grammes de résine de cannabis, 60 grammes d’héroïne, des cartouches de fusil de chasse calibre 12, deux armes à feu ainsi que plusieurs téléphones portables et ordinateurs en cours d’analyse.

A l’issue des auditions, quatre individus « défavorablement connus » ont été présentés à un magistrat jeudi et mis en examen. Le potentiel fournisseur de l’arme a été incarcéré tandis qu’un autre a été assigné à résidence sous surveillance électronique. Une troisième personne a été placée sous contrôle judiciaire tout comme la dernière, qui a réintégré la maison d’arrêt d’où elle avait été extraite.