Dijon : Trois jours d'affrontements entre membres des communautés tchétchène et maghrébine

VIOLENCES Des membres de la communauté tchétchène, venus « de toute la France », ont voulu venger un jeune qui aurait été agressé par un membre de la communauté maghrébine

Thibaut Chevillard

— 

Un important dispositif policier a été déployé dimanche soir à Dijon (illustration)
Un important dispositif policier a été déployé dimanche soir à Dijon (illustration) — Caroline Girardon

L’ambiance est électrique. Environ 200 personnes sont réunies dans le quartier des Grésilles, à Dijon. Des hommes armés de longues barres de fer tentent de donner des coups sur la voiture qui fonce à toute allure dans leur direction. Soudain, la Peugeot 307 noire percute un terre-plein, fait un tonneau avant de s’immobiliser. Une dizaine de personnes, dont certaines sont cagoulées, arrivent en courant et jettent des projectiles sur le véhicule accidenté. Le conducteur, gravement blessé, a été transporté par les pompiers au CHU de la ville. La scène a été immortalisée dimanche soir, un peu après 21 h, par plusieurs témoins qui ont ensuite diffusé les images sur les réseaux sociaux.

Selon le procureur de Dijon, interrogé par France Bleu ce lundi, la cité des ducs a été le théâtre, tout le week-end, d’affrontements « communautaristes ». « Des membres de la communauté tchétchène ont appelé sur les réseaux sociaux à partir de vendredi à venger des violences commises sur un jeune par des personnes issues de la communauté maghrébine », a expliqué Eric Mathais. Selon une source policière, l’agression de ce jeune homme de 16 ans, qui a été hospitalisé, a eu lieu mercredi dernier. « Trois soirs de suite, on a donc jusqu’à 140 personnes qui viennent à Dijon dans ce cadre-là », souligne le procureur.

Un blessé par balles

Vendredi soir, des membres de la communauté tchétchène, armés de barres de fer et de battes de baseball, se sont rendus place de la République pour s’en prendre à un bar à chicha. Une dizaine de personnes ont été blessées dans la bagarre qui a éclaté. Nouvel épisode dans la nuit de samedi à dimanche, au cours de laquelle une cinquantaine de personnes ont fait irruption dans le quartier des Grésilles. Des coups de feu ont été tirés. Un homme de 38 ans, touché dans le dos, a été transporté à l’hôpital dans un état grave. Ses jours ne sont plus en danger, a fait savoir le parquet. Hormis le conducteur blessé après avoir perdu le contrôle de son véhicule, la soirée de dimanche a été plus calme, indique une source proche du dossier, soulignant que de nombreux policiers avaient été mobilisés pour éviter de nouvelles violences.

Le parquet a saisi la police judiciaire de Dijon et la sûreté départementale « pour essayer de comprendre ce qui s’est passé, de voir quelles étaient les infractions commises – violences graves, violences avec armes, dégradation –, et puis d’identifier, d’interpeller et de poursuivre les auteurs », a indiqué le procureur de la République sur France Bleu. Aucun individu n’a été interpellé pour l’heure.

« On peut espérer que les choses s’apaiseront, a ajouté le magistrat. Il semble qu’après ces trois épisodes les personnes et les véhicules qui étaient venus d’un peu toute la France se sont rassemblés dans un dernier temps au Zénith, avant de partir. »