Nîmes : Un étudiant « sans histoires » tué par arme à feu dans un quartier sensible

FAITS DIVERS Une enquête a été confiée aux policiers de Nîmes

Jérôme Diesnis

— 

Illustration de la police.
Illustration de la police. — E. Frisullo / 20 Minutes

Un jeune homme de 20 ans a été tué par arme à feu, dans la nuit de dimanche à lundi, dans le quartier du Chemin-Bas d’Avignon, à Nîmes(Gard). Le procureur de la République de Nîmes, Eric Maurel, a confirmé un « homicide par arme à feu » sans évoquer spécifiquement l’hypothèse d’un règlement de comptes.

Une enquête a été confiée à la police judiciaire. Selon des sources proches du dossier, la victime, touchée par des balles de 9 mm, était un étudiant « sans histoires », inconnu des services de police ou de la justice. L’intervention des pompiers, peu avant minuit, n’a pas permis de réanimer le jeune homme, originaire du quartier, et abattu dans la rue.

Des quartiers gangrenés par le trafic de drogue

Plusieurs quartiers réputés sensibles de Nîmes, notamment Pissevin ou le Chemin-Bas d’Avignon, gangrenés par le trafic de drogue, ont été le théâtre ces dernières années d’une recrudescence de violences, notamment de tirs à l’arme automatique.

Dimanche matin, des habitants du Chemin-Bas d’Avignon avaient déjà alerté la police sur des hommes cagoulés et portant des armes automatiques, venus de l’extérieur du quartier et qui avaient déambulé pendant environ une heure. On ignore à ce stade si cet incident est lié à l’homicide qui s’est produit le soir dans le même quartier.