Villeneuve d’Ascq : Ils se font une course de karting en pleine ville

FAITS DIVERS Deux personnes ont été interpellées après avoir fait un rodéo urbain à bord de karts sur la voie publique

Mikaël Libert

— 

Les policiers ont saisi 8 karts à Villeneuve d'Ascq.
Les policiers ont saisi 8 karts à Villeneuve d'Ascq. — Police nationale

Ils regardent trop la télévision. Mardi soir, les policiers de Villeneuve d’Ascq, près de Lille, ont interpellé deux personnes qui s’étaient adonnées à un rodéo urbain à bord de karts. Une scène qui ressemble étrangement à celle d’un film diffusé la veille sur TF1.

Dans une séquence du film Babysitting, réalisé en 2014 par Nicolas Benamou et Philippe Lacheau, les protagonistes largement alcoolisés dérobent des karts et se font une course délirante au beau milieu de la ville. Est-ce un hasard si mardi soir, le lendemain de la diffusion du long-métrage, les habitants de Villeneuve d’Ascq ont assisté à la même scène ?

Deux personnes interpellées et huit karts saisis

Alors que la nuit était tombée sur le quartier du Pont-de-Bois, plusieurs appels sont arrivés au central des urgences de la police. Les requérants se plaignaient d’un rodéo urbain en cours dans leur quartier. Sauf qu’au lieu d’utiliser les habituels quads, scooters ou motocross, les mis en cause fonçaient sur la voie publique à bord de karts.

De nombreux effectifs de police ont été envoyés sur place. C’est finalement au niveau de la rue de Brève qu’un équipage de la BAC a repéré un individu et son engin. A la vue des policiers, il a pris la fuite, poursuivi par les agents. Le kart s’est engouffré dans un parking souterrain, la patrouille de la BAC toujours à ses trousses. C’est là que les policiers ont pu interpeller le pilote ainsi qu’une autre personne. Dans le parking, les policiers ont découvert sept autres karts ainsi que de nombreuses pièces détachées.

On ignore la provenance des petits bolides, lesquels sont néanmoins équipés de protections et de numéros à l’image des karts de loisir utilisés sur les circuits pour le grand public. Les deux mis en cause ont été placés en garde à vue.