Limoges : Un ancien militaire d’ultra-droite interpellé par la DGSI

TERRORISME Le suspect, un adorateur des tueries de masse âgé de 36 ans, a été placé en garde à vue dans le cadre d’une enquête ouverte par le Parquet national antiterroriste

Thibaut Chevillard

— 

Le logo de la DGSI, illustration
Le logo de la DGSI, illustration — NICOLAS MESSYASZ/SIPA

Sur les réseaux sociaux, il glorifiait les tueries de masses. Un ancien militaire de 36 ans, présenté comme ouvertement antisémite, a été interpellé par la DGSI ce mardi matin à Limoges (Haute-Vienne) et placé en garde à vue, apprend 20 Minutes de sources concordantes, confirmant une information du Parisien et de BFMTV. Les agents du renseignement soupçonnent cet admirateur de Brenton Tarrant – le terroriste d’extrême australien droite qui a tué, le 15 mars 2019, 51 personnes dans deux mosquées en Nouvelle-Zélande – d’avoir fomenté un projet d’action violente.

Selon nos informations, la DGSI avait détecté il y a plusieurs jours cet homme acquis aux thèses d’ultra-droite et vantant sur les réseaux sociaux le discours sur le «grand remplacement », une théorie complotiste et raciste. Le parquet national antiterroriste avait, le 12 mai dernier, ouvert une enquête préliminaire pour « association de malfaiteurs terroriste criminelle ».

Garde à vue de 96 heures

Les enquêteurs de la DGSI, qui l’entendent actuellement dans leurs locaux de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), veulent savoir s’il comptait réellement passer à l’acte et en apprendre davantage sur son profil. Selon BFMTV, ils ont retrouvé, lors d’une perquisition à son domicile, des explosifs artisanaux de type mortier avec boulons ainsi que des armes blanches. Sa garde à vue peut durer 96 heures.