Vosges : Des bovins abattus et découpés en pleine nuit dans les prés, les éleveurs dans « un climat anxiogène »

CRUAUTE Trois attaques en deux semaines et dans un secteur de moins de 30 kilomètres ont été signalées

T.G.

— 

Des veaux de race charolaise (illustration).
Des veaux de race charolaise (illustration). — RAPHAEL BLOCH/SIPA

Une génisse et un veau égorgés, un bovin blessé par balle et un autre dont il ne reste plus qu’une mare de sang… Depuis début mai, plusieurs éleveurs vosgiens sont confrontés à de macabres découvertes dans leurs prés, rapporte Vosges Matin.

En deux semaines, trois attaques nocturnes ont été signalées, entre Charmes, Roville-aux-Chênes et Brû. Soit dans un périmètre d’une trentaine de kilomètres. « Ce genre d’agissements est déjà arrivé par le passé, mais pas dans une période et dans des lieux aussi rapprochés. On peut supposer qu’il s’agit des mêmes personnes », réagit auprès de 20 Minutes Philippe Clément, le président de la FDSEA des Vosges.

« C’est écœurant »

Autre détail qui lui fait dire ça : « Ils s’attaquent à des jeunes animaux, de petite taille, et leur piquent souvent une cuisse, certainement pour la manger… C’est écœurant car à cet âge-là, la viande n’est même pas bonne. En plus, en tuant des femelles, ils privent les éleveurs d’un potentiel génétique. »

Les victimes ont porté plainte et les forces de l’ordre, via le réseau « Demeter », ont ouvert une enquête selon le quotidien départemental. « On fait confiance aux gendarmes et on en parle beaucoup entre nous. Il n’y a pas de psychose mais le climat est anxiogène », conclut Philippe Clément.