Nîmes : Encerclés par une trentaine de personnes, les policiers se dégagent en utilisant une grenade lacrymogène

FAITS DIVERS Le contrôle d’un mineur de 12 ans dans la rue à une heure du matin a entraîné l’attroupement d’une foule visiblement belliqueuse

Jérôme Diesnis

— 

Illustration d'une voiture de police.
Illustration d'une voiture de police. — Mathieu Cellard/SIPA

Un équipage de la police nationale de Nîmes a dû faire usage de gaz lacrymogène afin de se sortir d’une situation très tendue. Ils contrôlaient un mineur de 12 ans vers une heure du matin dans la nuit de samedi à dimanche.

Rapidement, une trentaine de personnes les a encerclés et se serait montrée de plus en plus menaçante. Les fonctionnaires de police ont alors fait usage d’une grenade lacrymogène pour s’extraire de cette foule hostile. Il n’y a pas eu de blessé, ni d’interpellation.

Des policiers déjà caillassés quinze jours plus tôt

Les faits se sont déroulés à proximité du quartier du clos d’Orville et de la tour Jean XXIII. Deux semaines plus tôt, dans le même quartier, les policiers municipaux de Nîmes avaient essuyé des jets de pierre après avoir découvert de la drogue.