Le Havre : Des policiers sauvent une personne en situation de handicap bloquée dans un appartement en feu

LA NUIT DES HEROS Arrivés avant les pompiers, trois policiers ont décidé d’aller secourir la victime malgré les fumées qui avaient envahi la cage d’escalier

Thibaut Chevillard

— 

Une voiture de police (illustration).
Une voiture de police (illustration). — DENIS CHARLET / AFP

« Sans l’intervention des policiers, la victime serait sans aucun doute décédée », raconte à 20 Minutes la commandante divisionnaire Angela Garcia, cheffe d’état-major du district du Havre ( Seine-Maritime). Mercredi, à 18 h, les policiers se rendent au 118 boulevard François-1er, où un incendie s’est déclaré situé au cinquième étage d’un immeuble. Alors que les pompiers ne sont pas encore arrivés, les riverains leur indiquent que l’occupant de l’appartement est un homme de 51 ans, en situation de handicap moteur, et qu’il est probablement bloqué dans son logement.

Deux agents de la Bac, âgés de 34 et 38 ans, et un élève gardien de la paix âgé d’une vingtaine d’années, actuellement en stage au commissariat de la ville, décident alors d’aller lui porter secours sans attendre. Tandis que d’autres policiers s’occupent d’évacuer les habitants de l’immeuble, le trio tente péniblement d’atteindre le cinquième étage.

Fumées dans la cage d’escalier

Freinés dans leur progression par les fumées qui ont envahi la cage d’escalier, ils font demi-tour. Les deux agents de la Bac, qui ressentent des difficultés pour respirer, prennent alors un tour de cou qu’ils placent sur leur nez. Le policier en formation s’équipe d’une visière transparente, qui sert normalement à se protéger du Covid-19. Les trois agents repartent alors à l’assaut des escaliers.

Arrivés au cinquième étage, ils découvrent la victime allongée sur le sol devant la porte de son logement, qui était ouverte. Les agents de la Bac la portent tandis que leur jeune équipier se charge de les diriger. Une fois à l’extérieur du bâtiment, l’homme est examiné par les pompiers avant d’être évacué à l’hôpital Jacques Monod. Intoxiqué par les fumés, ses jours ne sont pas en danger. Les policiers, eux, souffrent de maux de tête et nausées. Selon les premiers éléments de l’enquête, l’incendie a été causé par un appareil électroménager défectueux.