Paris : Une résidente de 92 ans violée dans un Ehpad, un aide-soignant interpellé

CRIME Le suspect, un homme âgé de 62 ans, a été placé en garde à vue par les enquêteurs de la police judiciaire

Thibaut Chevillard

— 

Les faits ont eu lieu dans un établissement du groupe Korian, à Paris (illustration)
Les faits ont eu lieu dans un établissement du groupe Korian, à Paris (illustration) — SEBASTIEN BOZON / AFP
  • Un aide-soignant travaillant dans un Ehpad du 12e arrondissement de Paris a été interpellé dimanche par les policiers de la Bac.
  • Cet homme de 62 ans est soupçonné d’avoir violé une résidente de 92 ans.
  • La victime, en état de choc, a été examinée par la pompiers.

L’affaire est sordide. Un aide-soignant travaillant dans un établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) du 12e arrondissement de Paris a été interpellé, dimanche, suspecté du viol d’une pensionnaire de 92 ans. Cet homme, indiquant avoir 62 ans, a été placé en garde à vue par les policiers du 2e district de police judiciaire, chargés des investigations, apprend 20 Minutes de sources concordantes, confirmant une information du Parisien.

Les faits se sont déroulés dimanche en fin d’après-midi. Les policiers de la Bac se sont rendus dans cet établissement Korian, situé avenue Daumesnil, après avoir été prévenus par le directeur qu’une pensionnaire avait été agressée sexuellement par un membre du personnel. Le suspect a été surpris en flagrant délit par une infirmière qui faisait sa tournée au 3e étage de l’établissement. Quand elle est entrée dans la chambre, elle a aperçu son collègue, debout face au lit de la résidente, le sexe sorti de son pantalon. La victime, elle, avait le buste posé sur le lit, les fesses dénudées.

« Qu’est-ce que tu as fait ? »

« Qu’est-ce que tu as fait ? », a alors demandé à plusieurs reprises l’infirmière, choquée par la scène. Cette dernière a eu le réflexe de prendre une photo du suspect avant de quitter la chambre en hurlant. Elle a ensuite raconté ce qu’elle venait de voir à un autre infirmier qui est allé demander des explications au suspect. Une conversation qu’il a enregistrée discrètement avec son téléphone.

Les policiers de la Bac ont finalement retrouvé l’homme assis sur une chaise dans le jardin de l’établissement. Il était nerveux et semblait vouloir échapper aux fonctionnaires qui l’ont menotté rapidement. La victime, en état de choc, a été examinée par les pompiers. La direction de l’établissement a prévenu sa fille, habitant en Isère, dès dimanche soir.

Enquêtes préliminaires

Sollicité par 20 Minutes ce lundi, un porte-parole de l’établissement indique que le suspect « a été immédiatement mis à pied à titre conservatoire », et qu’une cellule de soutien psychologique a été mise en place au sein de cet Ehpad. Korian s’est également portée partie civile dans la procédure, précise-t-il.

Le groupe, qui gère 308 Ehpad en France, est déjà dans la tourmente après que des familles de résidents décédés du coronavirus ont déposé plainte contre lui, l’accusant de mauvaise gestion. Deux enquêtes préliminaires ont été ouvertes : l’une début avril par le parquet de Grasse pour « homicides involontaires » et « omission de porter secours à personnes en péril ».  L'autre par le parquet de Nanterre après la plainte de la famille d’un résident décédé dans un Ehpad à Chaville (Hauts-de-Seine).