Coronavirus en Loire-Atlantique : Excès de vitesse, soirée arrosée sur la plage… Le coup de gueule de la gendarmerie

CONFINEMENT « Le confinement n’est pas terminé », rappelle la gendarmerie après un week-end chargé en interventions

Julie Urbach

— 

Un contrôle de la gendarmerie (illustration)
Un contrôle de la gendarmerie (illustration) — SYSPEO/SIPA

Si la majorité des habitants respectent les mesures de confinement, ce n’est pas le cas de tout le monde. Après un week-end chargé en interventions, les gendarmes de Loire-Atlantique ont décidé de pousser un petit coup de gueule sur les réseaux sociaux. « Le confinement n’est pas terminé, rappellent-ils sur Facebook. Restez chez vous et ne sortez que pour les déplacements strictement nécessaires en ayant sur vous l’attestation ».

Alors que les excès de vitesse ne s’arrêtent pas, la gendarmerie rapporte avoir encore intercepté « de véritables dangers routiers ». Pendant deux heures, lors d’un contrôle au niveau du Cellier, 15 permis ont par exemple été retirés ! Sur cet axe à 80 km/h, un motard a notamment été contrôlé à 153 km/h. A l’ouest du département cette fois, un homme de 29 ans « sans motif valable de sortie » conduisait aussi sans assurance et sans plus aucun point sur son permis… Positif à l’alcool (1,8g) et à la cocaïne, il était accompagné de son fils de 8 ans, rapportent les gendarmes.

Trois amis ivres sur la plage

Parfois, les contrôles ne se passent pas vraiment comme prévu. Un homme, qui circulait à vélo sans attestation mais avec un taux d’alcool d’1,76g a par exemple été placé en garde à vue pour avoir tenté de fuir les gendarmes. Furieux d’avoir été retrouvé dans le bosquet, dans lequel il avait entrepris de se cacher, il aurait outragé les militaires.

Trois amis âgés de 25, 43 et 53 ans ont quant à eux passé la nuit en cellule de dégrisement après avoir été surpris, ivres, sur la plage de La Plaine-sur-Mer. Selon les gendarmes, insultes et crachats auraient là aussi été essuyés. Finalement, l’une de ces personnes a été placée en garde à vue pour non respect réitéré du confinement (plus de trois reprises depuis un mois), « faits pour lesquels elle est convoquée devant le tribunal correctionnel de Saint-Nazaire », indiquent les gendarmes.