Bouches-du-Rhône: Trois hommes soupçonnés d'avoir cambriolé 34 maisons de retraite

FAITS DIVERS Trois hommes ont cambriolé bijoux, cartes bleues et billets de résidents de maisons de retraite en fracturant, de nuit, le coffre-forts d’une trentaine d’Ehpad des Bouches-du-Rhône

Mathilde Ceilles

— 

Dans une maison de retraite (illustration)
Dans une maison de retraite (illustration) — DURAND FLORENCE/SIPA

Le butin estimé est conséquent : près de 100.000 euros de bijoux, 20.000 euros de billets et de nombreuses cartes bleues qui, une fois volées, étaient immédiatement vidées. Trois hommes sont soupçonnés d’avoir pillé les coffres-forts de 34 maisons de retraites des Bouches-du-Rhône d’octobre 2019 à avril dernier, à raison de deux cambriolages par semaine, a appris 20 Minutes de source policière​.

Ils ont été mis en examen pour « vols en bande organisée » et placés en détention provisoire après leur arrestation mardi dernier dans le treizième arrondissement de Marseille, précise le chef de la Sûreté départementale David Brugère. Les malfaiteurs, âgés de 22 à 24 ans, procédaient selon le même opératoire, de nuit, dans des Ehpad disséminés dans tout le département, en forçant l’entrée de l’établissement pour ensuite rejoindre ensuite les bureaux de la direction où sont stockés, dans un coffre-fort, les objets de valeur des résidents.

Des masques volés

Les meubles descellés étaient ensuite vidés à l’abri des regards : les bijoux en or étaient aussitôt fondus et le métal revendu, tandis que les cartes bancaires, accompagnées de leurs codes secrets, étaient utilisées jusqu’au plafond autorisé. Plus de 300 masques chirurgicaux et des solutions hydroalcooliques ont également été dérobés.

Sur commission rogatoire d’un juge d’instruction émise le 10 mars dernier, les policiers ont cherché à identifier les auteurs et leurs domiciles pendant un mois. Des filatures complexes à réaliser compte tenu du confinement qui dépeuple les rues… et augmente les chances de se faire repérer. Lors de leurs arrestations, le 14 avril dernier, les policiers ont retrouvé au domicile des malfrats quelques bijoux ainsi que des flacons de fluides chimiques permettant d’identifier l’or.

Parmi les malfaiteurs se trouvent deux frères, « cerveaux » présumés de l’opération selon David Brugère, déjà « très défavorablement connus des services de police pour des faits de vol à effraction ». « Ils sortaient d’ailleurs tout récemment de prison », précise-t-il. Le troisième homme était de son côté connu des services de police pour recel.