Toulouse : Un guet-apens tendu aux policiers dimanche soir dans le quartier du Mirail

VIOLENCES URBAINES Ils ont été pris à partie alors qu’ils intervenaient pour mettre en sécurité des pompiers sur un incendie de voiture

B.C.

— 

Des Policiers nationaux à la Reynerie dans le quartier du Mirail à Toulouse
Des Policiers nationaux à la Reynerie dans le quartier du Mirail à Toulouse — Frederic Scheiber/20 Minutes

Des fusées de feux d’artifice, des cailloux et tout un tas de projectiles. Dimanche soir, les policiers toulousains appelés en renfort pour sécuriser les pompiers sur un feu de voiture dans le quartier du Mirail, ont été caillassés rue de Kiev.

Un véritable guet-apens leur a été tendu par une trentaine de personnes, le visage dissimulé. Pour se dégager de cette situation, les policiers ont utilisé des gaz lacrymogènes ainsi que leurs lanceurs de balle de défense.

Aucun blessé n’a été recensé, aucune interpellation n’a eu lieu non plus. Un peu plus tard dans la soirée, alors qu’ils intervenaient devant le commissariat de Bellefontaine pour séparer des personnes en train de se battre, des membres de forces de l’ordre ont à nouveau été pris à partie par plusieurs jeunes.

Pour le syndicat policier Unité-SGP, ces violences urbaines ne sont pas une nouveauté. « C’est récurrent, mais cela arrive plus généralement après une de nos interventions pour démanteler un trafic. Là, les dealers n’ont plus de clients, ni de produits. Le désœuvrement peut provoquer ce genre de situations », déplore Didier Martinez, son délégué régional. Ce dernier ne pense pas qu’il y ait un mimétisme avec ce qui a pu se passer au cours du week-end à Villeneuve-la-Garenne.

Pour lui, seule « la fermeté » des sanctions prises par la justice serait « véritablement dissuasive ».