Nord : Interpellation d’une femme suspectée d’avoir dégradé des véhicules de soignants

FAITS DIVERS Plusieurs voitures avaient été vandalisées sur le parking de l’hôpital d’Armentières

Mikaël Libert

— 

Un pneu crevé. (illustration)
Un pneu crevé. (illustration) — Neal C. Lauron/SIPA

Lundi, une quinquagénaire a été interpellée dans le cadre de l’enquête ouverte après la dégradation de nombreux véhicules de personnels soignants de l’hôpital d’Armentières, près de Lille, a-t-on appris de source policière. Dans le contexte de l’épidémie de coronavirus, les faits avaient suscité l’indignation.

Dans la soirée de samedi, plusieurs véhicules ont été découverts avec des pneus crevés, notamment sur le parking du centre hospitalier d’Armentières. Les visites étant interdites en raison du Covid-19, toutes les voitures appartenaient au personnel de l’hôpital. Une enquête avait été ouverte et la police avait même lancé un appel à témoins sur les réseaux sociaux.

Une soixantaine de victimes dénombrées à ce jour

L’exploitation du réseau de vidéosurveillance de la ville a permis de faire rapidement avancer les investigations. Une femme de 50 ans a ainsi été identifiée. Elle a été interpellée, lundi, à Armentières. Mais les enquêteurs sont allés plus loin puisqu’ils ont pu déterminer que, toujours dans la nuit de samedi à dimanche, la mise en cause a commis d’autres dégradations à Nieppe, une commune proche.

A ce stade des investigations, il apparaît que ce ne sont pas moins d’une soixantaine de véhicules que la quinquagénaire est suspectée d’avoir vandalisés. Cette dernière a été placée en garde à vue. On ignore ses motivations.