Coronavirus : Deux salariés d’un hôpital francilien en garde à vue pour la revente d’un respirateur volé sur Internet

ENQUETE Les deux hommes, âgés de 29 et 42 ans, ont été placés en garde à vue

Thibaut Chevillard

— 

Patients et soignants à l'hôpital Louis-Pasteur de Colmar, le 26 mars 2020.
Patients et soignants à l'hôpital Louis-Pasteur de Colmar, le 26 mars 2020. — SEBASTIEN BOZON / AFP

Les hôpitaux étaient déjà touchés par le fléau des vols de masques. Désormais, ce sont les respirateurs qui sont la cible des voleurs. Deux salariés de l'hôpital privé Paul d'Egine, à Champigny-sur-Marne ( Val-de-Marne), ont été interpellés et placés en garde à vue pour vol, ce jeudi en fin d'après-midi. L'un d'eux est suspecté d'avoir dérobé un respirateur, un matériel qui fait pourtant cruellement défaut aux soignants en ce moment, pour le revendre sur Internet, apprend 20 Minutes de sources concordantes, confirmant une information de France Info. L'enquête doit encore préciser le rôle joué par le deuxième homme arrêté.

L'affaire commence quand les policiers locaux apprennent, par leurs collègues parisiens de la BRI, qu'un respirateur de type ResMed Elisée 250 a été mis en vente sur Le Bon Coin au prix de 450 euros par une personne habitant à Champigny-sur-Marne. Le vendeur a même déjà donné rendez-vous à un potentiel acheteur en fin de journée, devant l'hôpital Paul d'Egine. Les enquêteurs du commissariat de Champigny vont alors prendre contact avec le directeur de l'établissement qui leur confirme que ce type d'appareil n'est pas vendu aux particuliers. D'autant que les médecins en ont besoin pour soigner des patients contaminés par le coronavirus.

Dissimulé dans un sac de sport

En revanche, le directeur a découvert qu'un de ses employés, un ingénieur biomédical de 29 ans habitant dans les Hauts-de-Seine, en cachait un dans un sac de sport entreposé dans un bureau. Les policiers vont alors mettre en place un dispositif de surveillance aux abords de l'établissement. A 19h, ils aperçoivent le suspect, le sac de sport bleu dans les mains, et l'interpellent. Au même moment, un homme se précipite dans sa voiture et quitte les lieux à toute vitesse. Il est identifié par le directeur de l'hôpital comme étant le responsable du service technique de l'établissement. Cet homme de 42 ans sera interpellé plus tard, à son domicile en Seine-et-Marne.

Les enquêteurs se demandent pourquoi ce deuxième suspect a pris la fuite en les voyant. Devait-il acheter le respirateur à son collègue ? Ou les deux hommes, inconnus jusqu'à présent de la justice, sont-ils complices ? Ils devront, lors de leur garde à vue, répondre aux questions des policiers, qui se demandent en outre si d'autres appareils n'ont pas déjà été volés et revendus.