Coronavirus : Les masques disponibles dans la police donnés aux soignants ? Les syndicats de policiers fulminent

EPIDEMIE Constitués en intersyndicale, les organisations menacent de ne plus contrôler les attestations de sortie

Clément Giuliano

— 

Des policiers contrôlent les attestations de déplacements à Paris le 23 mars 2020.
Des policiers contrôlent les attestations de déplacements à Paris le 23 mars 2020. — Bastien Louvet/SIPA
  • Le ministère de l’Intérieur a demandé ce mercredi aux services de police de donner leurs masques FFP2 aux soignants.
  • Chez les syndicats de police, ces consignes passent mal.
  • L'ensemble des syndicats appellent à ne plus contrôler les attestations de sortie, pour protester contre le manque de moyens de protection.

EDIT du 26 mars 2020 à 12 h : article modifié à la suite de la constitution d’une intersyndicale

Les policiers « sacrifiés » à l’aune de la pénurie de masques pour lutter contre le coronavirus ? C’est en tout cas ce que dénonce le Syndicat des commissaires de la police nationale (SCPN), ce mercredi. En cause, une instruction du ministre de l’Intérieur demandant aux services de police de faire don des masques en leur possession aux personnels soignants. « Il y a donc bien pénurie de masques », pointe l’organisation syndicale.

Selon les informations de 20 Minutes, les consignes de Christophe Castaner ont été déclinées dans les grandes directions de la police nationale. Dans une note émanant de la direction centrale de la sécurité publique (DCSP), qui emploie près de la moitié des effectifs de police, la hiérarchie écrit : « Le ministère de l’Intérieur met à la disposition du ministère de la Santé ses stocks de masques FFP2. En conséquence, vous remettrez sans délai […] les stocks de masques FFP2, périmés et non périmés, présents dans vos services. »

Les services de police sont autorisés à conserver un stock pour les policiers scientifiques. Et la DCSP d’ajouter : « L’ensemble de cette opération doit être terminée au plus tard demain 26 mars 2020. »

« On veut envoyer les policiers à l’abattoir »

Alors que, depuis plusieurs semaines, les organisations représentants les policiers font pression sur le ministère de l’Intérieur pour obtenir davantage de moyens de protection contre le coronavirus, cette annonce est très mal perçue. Au point que les sept syndicats représentatifs ont constitué une intersyndicale. « Si les moyens de protection font défaut dans les services, les policiers ne feront que les missions réellement urgentes et ne procéderont plus au contrôle du confinement », écrivent les organisations dans un communiqué transmis ce jeudi. « Les forces de l’ordre sont non seulement des victimes potentielles du virus mais [également] des vecteurs possibles de l’épidémie. »

« Déjà que les policiers n’avaient pas grand-chose pour se protéger […], là on veut les envoyer clairement à l’abattoir ! », avait dénoncé Alliance police nationale, deuxième syndicat de gardiens de la paix.

Si Alternative police attendait pour sa part « l’annonce officielle » de cette mesure et rappelait son soutien aux soignants, le syndicat (minoritaire) de gardiens de la paix avait fait part de son inquiétude ce mercredi. « Il n’est pas question que les policiers continuent à travailler sans un minimum de protection et à s’exposer de plus en plus à la contamination du Covid-19. »