« Brigade numérique » de la gendarmerie : « Nous avons traité environ 160.000 demandes en deux ans », explique son commandant

INTERVIEW Le capitaine Patrice Georget, commandant de la « brigade numérique » de la gendarmerie, fait le bilan de cette unité innovante, lancée il y a tout juste deux ans

Propos recueillis par Thibaut Chevillard

— 

Une vingtaine de gendarmes travaillent à la brigade numérique à Rennes.
Une vingtaine de gendarmes travaillent à la brigade numérique à Rennes. — NICOLAS MESSYASZ/SIPA
  • La gendarmerie a lancé il y a deux ans sa « brigade numérique », une unité composée d’une vingtaine de militaires traitant les demandes qui leur sont adressées via un site Internet dédié.
  • Depuis son lancement, environ 160.000 sollicitations ont été traitées, indique à 20 Minutes le commandant de cette unité innovante, le capitaine Patrice Georget.
  • Pour l’officier, si les premiers résultats sont encourageants, il est nécessaire de mieux faire connaître ce dispositif.

C’est une petite innovation technologie que la gendarmerie a lancée il y a tout juste deux ans. Plus besoin de se déplacer dans une brigade pour parler à un gendarme. A Rennes, dans les locaux de la «  brigade numérique », une vingtaine de militaires répondent 24 heures sur 24, sept jours sur sept aux demandes qui leur sont adressées à partir d’un site internet dédié.

Depuis son lancement, le 27 février 2018, la brigade numérique en a traité plus de 160.000. Ils reçoivent des informations, comme des vidéos choquantes circulant sur les réseaux sociaux ou des signalements de violences sexuelles. Le commandant de cette unité, le capitaine Patrice Georget, a répondu aux questions de 20 Minutes.

La brigade numérique a été lancée le 27 février 2018. Quel bilan en tirez-vous après deux ans d’activité ?

Globalement, nous pouvons être satisfaits de l’activité de la brigade numérique. Mais nous sentons que les usagers n’ont pas encore pleinement intégré qu’il était possible de contacter une force de sécurité intérieure, et particulièrement la gendarmerie, par le biais du canal numérique.

Il faut dire que, jusqu’à présent, ils rencontrent essentiellement les gendarmes lors d’une patrouille ou à l’occasion d’un passage dans une brigade. Ils doivent prendre conscience que cette unité singulière existe, qu’il s’agit d’un moyen innovant de trouver des informations, d’être orientés. Il faut un temps d’adaptation. Mais les résultats sont très encourageants.

Combien de personnes vous ont contactés ?

Depuis l’ouverture, nous avons reçu environ 160.000 demandes formulées par les usagers. Les sujets sont très variés. Cela peut être un jeune qui recherche de l’information en vue d’intégrer la gendarmerie, un automobiliste qui a été verbalisé et qui souhaite faire une requête auprès d’une autorité pour être exonéré de l’amende, des personnes qui nous signalent un véhicule en souffrance au même endroit depuis plusieurs jours, ou d’autres qui ont eu affaire à un à démarcheur à domicile un peu agressif.

Qu’apporte ce service aux usagers ?

Il y a plusieurs avantages. Le premier, c’est la disponibilité qu’offre la gendarmerie nationale à travers la brigade numérique. C’est un service disponible 24 heures sur 24. Il est donc possible d’obtenir une information ou d’en faire passer sans avoir à se déplacer, quel que soit l’endroit sur la planète où on se trouve, à n’importe quel moment de la journée, à partir de son smartphone, d’une tablette ou d’un ordinateur. En revanche, la brigade numérique ne traite pas les urgences, ce n’est pas sa vocation initiale.

Le gouvernement a lancé une plateforme en ligne permettant aux victimes de violences sexistes ou sexuelles de signaler les faits. Elle repose en partie sur les gendarmes de la brigade numérique…

Lorsqu’une personne souhaite exposer une situation, elle va saisir son code postal sur la plateforme des violences sexuelles et sexistes. En fonction de l’endroit où elle habite, elle sera orientée soit vers la brigade numérique, soit vers une unité de police qui se trouve dans les Yvelines. Nous sommes disponibles 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 alors que le 3919, numéro d’écoute national destiné aux femmes victimes de violences, ne fonctionne pas la nuit. Nous sommes en mesure d’apporter une réponse et d’écouter les personnes en souffrance.

Les gendarmes sont formés pour les conseiller, les orienter, et puis les conforter dans leur statut de victimes. Souvent, ces personnes sont dans une telle souffrance qu’elles se demandent si elles ne sont pas à l’origine de ce qu’elles ont subi. Il faut pouvoir faire preuve d’empathie, poser les bonnes questions, rebondir sur des petits détails évoqués par la victime ou le témoin qui nous signale des faits. Ça demande un certain savoir-faire. Depuis que le portail est ouvert, en ce qui concerne la brigade numérique, nous avons traité 2.100 demandes.