Grenoble : D’importants dégâts dans un labo du campus universitaire après un incendie criminel

ENQUETE Le feu, qui s'est déclenché dans la nuit de samedi à dimanche, a provoqué d'importants dégâts sur le campus de Gières/Saint-Martin-d'Hères, vers Grenoble

Elisa Frisullo

— 

De nombreux sapeurs-pompiers sont intervenus
De nombreux sapeurs-pompiers sont intervenus — C. Sartor / SDIS06

Une grande partie du bâtiment, dans lequel 100 personnes travaillent, est partie en fumée. Dans la nuit de samedi à dimanche, entre 3 heures et 4 heures, un feu a ravagé un laboratoire situé sur le campus de Gières/Saint-Martin-d’Hères, près de Grenoble (Isère), a-t-on appris auprès du procureur de la République de la ville Eric Vaillant.

Selon les premiers éléments de l’enquête, la piste criminelle est privilégiée, la porte du laboratoire, situé dans le bâtiment Eiffel, semblant avoir été fracturée et plusieurs départs de feu découverts par la police technique et scientifique, ajoute le parquet ce dimanche.

Ce laboratoire, géré par l’université Grenoble Alpes, le CNRS et l’INPG, est utilisé dans le cadre de travaux de recherches de pointe en mécanique des solides. L’incendie, qui a mobilisé des dizaines de pompiers dans la nuit, a ravagé l’un des étages du bâtiment et provoqué d’importants dégâts sur le matériel de pointe utilisé.

Pas de revendication pour l’heure

« Aucune revendication n’a pour l’heure été portée à notre connaissance », a ajouté Eric Vaillant, précisant avoir cosaisi l’antenne de Grenoble de la police judiciaire et la sûreté départementale de l’Isère. Le procureur a également informé le parquet national antiterroriste pour « analyse de la situation et lui permettre de se saisir des faits s’il le juge nécessaire », ajoute-t-il.

Cet incendie fait suite à plusieurs autres feux d’origine criminelle qui ont eu lieu depuis 2017 dans la région grenobloise. Des dégradations volontaires revendiquées pour la plupart par des groupes anarcho libertaires.