Ille-et-Vilaine : Les tempêtes font remonter des balles de fusil sur une île au large de Saint-Malo

MER L'île de Cézembre est tristement célèbre pour avoir été bombardée au napalm lors de l'offensive américaine en 1944

C.A.

— 

L'île de Cézembre, ici en 2017 en amont d'une opération de déminage menée par le conservatoire du littoral.
L'île de Cézembre, ici en 2017 en amont d'une opération de déminage menée par le conservatoire du littoral. — Damien Meyer / AFP

Les tempêtes, coups de vent et grandes marées ramènent souvent leur lot de déchets sur la côte. De galettes de pétrole même, comme cela a été le cas en Loire-Atlantique. Sur l’île de Cézembre, au large de Saint-Malo, ce sont des vestiges de la Seconde Guerre mondiale qui ont refait surface. Environ 200 balles de fusil ont été découvertes sur l’île bretonne, rapporte Ouest-France.

Les vestiges de la guerre remontent régulièrement sur ce bout de terre, littéralement noyé sous les bombes lors de l’arrivée des Alliés en 1944. Mais après les passages consécutifs des tempêtes Inès, Ciara puis Dennis, la « moisson » a été particulièrement fournie. Très oxydées par leur demi-siècle passé en mer, les balles de fusil ne doivent pas être manipulées. Elles pourraient contenir du phosphore, précise la police, interrogée par Ouest-France.

L’île de Cézembre est tristement connue pour avoir subi d’intenses bombardements en 1944. Les Américains y avaient même testé leurs bombes au napalm pour la première fois. Surnommée l’île aux 20.000 bombes ou aux 2.000 cratères, Cézembre a été partiellement rouverte aux visiteurs en 2018. Un sentier permet aux randonneurs de découvrir une partie de l’île. Une autre partie demeure fermée en raison de la présence de bombes. Une réserve naturelle y a été installée.