Bordeaux : Un violeur et agresseur sexuel présumé interpellé et placé en détention

ENQUETE Cet homme de 37 ans est suspecté de neuf agressions ou tentatives d’agressions sexuelles, et d’un viol

Mickaël Bosredon
— 
Le 10 octobre 2019, l'hôtel de police de Bordeaux
Le 10 octobre 2019, l'hôtel de police de Bordeaux —
  • Le suspect aurait commis ces dernières semaines une série d’agressions à Bordeaux, Talence et Le Bouscat.
  • Selon le parquet de Bordeaux, il « arrivait derrière les victimes et mettait sa main sur la bouche de ces dernières » avant de les agresser.
  • Une information judiciaire a été ouverte à son encontre, et il a été placé en détention provisoire.

Neuf faits d'agressions sexuelles ou tentatives d'agressions sexuelles ont été retenus à ce jour à son encontre, ainsi qu’un viol. Un individu de nationalité italienne âgé de 37 ans a été interpellé jeudi 13 février à 18 h 35 à Bordeaux, pour une série d’agressions commise à Bordeaux, Talence et Le Bouscat, entre le 15 janvier et le 7 février, a-t-on appris ce lundi.

Contacté par 20 Minutes, le parquet de Bordeaux, qui a ouvert vendredi 14 février une information judiciaire des chefs de viol et agressions sexuelles, indique que l’individu agissait « selon un mode opératoire identique », à savoir qu’il « arrivait derrière les victimes et mettait sa main sur la bouche de ces dernières » avant de les agresser.  Selon Sud Ouest qui avait révélé l’affaire, il agissait la nuit, et la plupart du temps à proximité de lignes de tramway. Parmi ses victimes, âgées entre 17 et 29 ans, on trouve une lycéenne, des étudiantes et une assistante maternelle.

Une des victimes avait pu prendre une photo de sa plaque d’immatriculation

L'affaire commençait à faire beaucoup parler ces dernières semaines, notamment sur les réseaux sociaux. Les investigations ont permis aux policiers de la brigade départementale de protection de la famille (BDPF) de la sûreté départementale de l’identifier notamment grâce à la plaque d’immatriculation de son véhicule, qu’une des victimes avait pu prendre avec son téléphone portable. La description physique de l’individu par plusieurs victimes a également permis son interpellation.

En garde à vue, celui-ci « a refusé de s’expliquer et a nié l’ensemble des faits », explique le parquet. Le suspect a été placé en détention provisoire.