Montpellier : Un homme soupçonné du meurtre d'une prostituée de 19 ans

ENQUETE L'homme a reconnu les faits en garde à vue, expliquant avoir « pété les plombs »

N.B.

— 

Le 17 septembre 2019. Des policiers de Vénissieux, vers Lyon, lors d'une opération de contrôle routier. Illustration police.
Le 17 septembre 2019. Des policiers de Vénissieux, vers Lyon, lors d'une opération de contrôle routier. Illustration police. — Elisa Frisullo / 20 Minutes

Un homme de 28 ans, déjà connu de la justice, est soupçonné du meurtre d’une jeune femme de 19 ans, à Montpellier (Hérault). Originaire de Seine-et-Marne, la victime, qui avait loué sur une plateforme en ligne un appartement pour se prostituer, a été sauvagement agressée, dans la nuit de dimanche à lundi. Prise en charge dans un état grave,  elle est décédée, mardi, des suites de ses blessures.

Les premiers éléments issus des investigations, rapportés ce jeudi par Fabrice Bélargent, le procureur de la République de Montpellier, font état d’une scène d’une rare violence. Dimanche, les secours avaient découvert la victime gisant dans une mare de sang, dans ce logement, situé près de la gare. Deux personnes, qui se trouvaient sur les lieux, ont été entendues, et leurs différentes versions ont fini par s’accorder.

Un déchaînement de violences

L’un d’eux aurait ainsi pris rendez-vous, via un site Internet, avec la jeune femme. Le deuxième individu, soupçonné d’être son proxénète, se trouvait alors, selon le magistrat, caché dans la salle de bains. Tandis que le premier était en train de sortir de l’appartement après avoir eu avec la victime une relation sexuelle tarifée, deux hommes encagoulés seraient alors brusquement entrés, armés d’un pistolet et d’un couteau.

Le client et le proxénète présumé, tenus en respect sur le canapé du logement, n’ont alors pu qu’assister à un véritable déchaînement de violences sur la victime. L’autopsie du corps de la jeune femme fait ainsi état de traces de coups à la tête, d’ecchymoses sur le visage, d’une double fracture de la mâchoire et de divers enfoncements osseux. La victime a également été atteinte par plusieurs coups de couteau, au niveau du thorax.

Une mallette contenant 10.000 euros

Le suspect, que les enquêteurs ont identifié, interpellé et placé en garde à vue, a reconnu les faits, a souligné le procureur. Se présentant comme l’ancien proxénète présumé de la jeune femme, il aurait indiqué avoir « pété les plombs », voulant à tout prix « récupérer son argent ». Alors qu’elle était la proie d’un déchaînement de violences, la victime aurait ainsi donné 100 euros au suspect, avant de désigner un sac, en contenant 400 de plus. Lors des perquisitions, les enquêteurs ont finalement découvert, dans l'appartement, une mallette appartement à la jeune femme, contenant 10.000 euros.

L’homme, accusé du meurtre de la jeune femme, présenté comme un « toxicomane », a déjà été condamné à 15 reprises par la justice, notamment pour des faits de rébellion, de menaces de mort ou d’usage de stupéfiants. Deux informations judiciaires ont été ouvertes à son encontre pour « meurtre en vue de faciliter ou de préparer un autre crime ou délit » et « proxénétisme aggravé ». Il risque la réclusion à perpétuité.

Le deuxième homme, qui n’a pas pu être identifié avec certitude par les enquêteurs, n’a pas encore été interpellé. Aucune charge n’a été retenue, en revanche, contre le client de la jeune femme. Son nouveau proxénète présumé, qui a assisté au drame, devrait quant à lui faire l’objet de poursuites pour « proxénétisme ». Par ailleurs, une information judiciaire pour « complicité d’extorsion de fonds » a été ouverte à l'encontre de la compagne du principal suspect, une mère de famille, accusée de l’avoir « véhiculé ».