Moselle : Les animaux du quartier visés par des boulettes piégées ?

MALVEILLANCE Des saucisses et des frites avec des bouts de métal à l'intérieur ont été retrouvées dans une commune de Moselle

Thibaut Gagnepain

— 

Dans ces petites saucisses, des morceaux de métal étaient dissimulés.
Dans ces petites saucisses, des morceaux de métal étaient dissimulés. — Régis Ney
  • Des habitants de la commune de Woustviller, en Moselle, ont découvert des frites, des saucisses et même de la viande hachée avec des morceaux de ferraille cachés à l’intérieur.
  • Ces découvertes les inquiètent et interrogent. Quelqu’un en veut-il aux animaux du quartier ?
  • Aucune plainte n’a encore été déposée mais cela ne saurait tarder.

Qui veut du mal aux animaux du quartier ? La question inquiète plusieurs habitants de la commune de Woustviller, en Moselle, depuis quelque temps. Depuis que certains ont découvert de la nourriture avec des morceaux de métal cachés à l’intérieur. Régis Ney en fait partie.

« C’était il y a une quinzaine de jours, quand ma femme est allée promener nos deux chiens  », raconte le trentenaire. « Elle a juste eu le temps de voir notre beagle avaler un truc orange. On pensait que ce n’était rien mais il était malade et on l’a emmené chez le vétérinaire. Il nous a dit qu’il avait failli y passer. A l’échographie, on a vu qu’il avait un petit truc dans l’estomac mais on ne savait pas quoi. »

« Des petits morceaux de ferraille »

Celui qui est gestionnaire d’une aire d’accueil pour les gens du voyage en est désormais convaincu : son animal avait ingéré « des petits morceaux de ferraille ». Il en a retrouvé dans « une petite saucisse » que son chien a failli manger mercredi, toujours dans la même rue.

« Quand on a vu ça, on est vite allé prévenir nos voisins qui ont des chiens », poursuit Régis Ney. « Une dame nous a dit qu’elle avait déjà trouvé une frite avec des aiguilles à l’intérieur ». Une version corroborée par la secrétaire de mairie de cette commune de 3.300 habitants. Elle avait accueilli la plaignante « en début de semaine ».

Un signalement déjà cet automne

« Il y a quelque temps, je dirais au début de l’automne, on nous avait déjà signalé le même souci dans de la viande hachée », appuie la maire, Sonya Cristinelli-Fraiboeuf, sans se souvenir de réclamation à propos d'aboiements. « Il y en a eues mais c'était ponctuel et ça s'est réglé. » L’élue s’est empressée de prévenir la population, via Facebook, et envisage désormais d’en appeler à la gendarmerie.

Le commissariat de Sarreguemines n’a, pour l’heure, « pas reçu de plaintes » mais l’assure, « si elles viennent, on les prendra ». Cela ne devrait pas tarder. Régis Ney a prévu de se rendre « ce vendredi après-midi chez les gendarmes. » « Je me doute bien qu’ils n’ont pas que ça à faire mais un enfant pourrait aussi ramasser ces petites saucisses et les manger. C’est dangereux », conclut-il.