Paris : Un policier grièvement blessé lors de la manifestation des pompiers

ENQUETE Affecté à la 32e compagnie d’intervention, le policier a été blessé par l’explosion d’une bombe artisanale

Thibaut Chevillard

— 

Des heurts ont éclaté en marge du cortège, provoquant des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre.
Des heurts ont éclaté en marge du cortège, provoquant des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre. — CEDRIC BUFKENS/SIPA

Un policier d’une compagnie d’intervention a été grièvement blessé par une bombe artisanale lors de la manifestation des pompiers à Paris, ce mardi, apprend 20 Minutes de sources concordantes. Le fonctionnaire, qui a reçu des éclats dans le mollet et sous la voûte plantaire, a été transporté à l’hôpital Bégin, où il a été opéré au cours de la nuit. Le préfet de police, Didier Lallement, se rend à son chevet ce mardi matin.

Il n’est pas le seul. Dans un communiqué, la préfecture de Police indique que 28 personnes ont été blessées dont 14 parmi les forces de l’ordre, 9 gendarmes et 5 policiers. Deux fonctionnaires, affectés à la 32e compagnie d’intervention, ont notamment été brûlés par des tirs de mortiers, nous indique Linda Kebbab, déléguée nationale du syndicat Unité SGP Police-FO.

Un autre policier a reçu un mélange de Dakin – un antiseptique – et d’eau de Javel dans les yeux. Enfin, 160 CRS ont signalé avoir des contusions après avoir reçu des projectiles. Pour la syndicaliste, les auteurs des violences font partie d’un « groupuscule » et ne sont pas « représentatifs » des pompiers avec lesquels travaillent quotidiennement les policiers.

« On s’attendait à ça »

« On s’attendait à ça », explique néanmoins une source proche du dossier, précisant qu’un important dispositif avait été déployé par la préfecture de police. Selon cette source, les violences qui ont émaillé la manifestation des pompiers sont « très révélatrices de ce qui se passe en ce moment, les organisations syndicales ne tiennent plus leur base ». « Les pompiers ont obtenu gain de cause sur la prime de feu mais certains ont quand même tout cassé », regrette-t-il.