Lyon : Des armes, munitions et des gilets pare-balles volés à la police retrouvés dans un box, trois hommes interpellés

ENQUETE Des armes et des gilets pare-balles, volés à la police, ont notamment été découverts dans ce box à Tassin-la-Demi-Lune près de Lyon la semaine dernière

E.F.

— 

Illustration de gendarmes et véhicule de la gendarmerie.
Illustration de gendarmes et véhicule de la gendarmerie. — E. Frisullo / 20 Minutes

De nombreuses zones d’ombre restent à éclaircir dans le cadre de cette enquête pour comprendre les projets des suspects et déterminer le rôle joué par chacun. Trois hommes ont été interpellés la semaine dernière dans la banlieue lyonnaise dans le cadre d’une affaire «d'association de malfaiteurs en vue de la préparation d’un délit », de « trafic d’armes » et de « vols de véhicules ».

Ces interpellations ont été menées par les gendarmes de la section de la recherche de Lyon après une inquiétante découverte faite dans un box de Tassin-la-Demi-Lune, commune paisible du nord de Lyon.

Des suspects connus de la justice

Dans ce garage situé dans une artère calme de la ville, les gendarmes, qui enquêtaient depuis un an, sont tombés sur trois pistolets 9 mm, un fusil à pompe, un chargeur de kalachnikov, des munitions et des gilets pare-balles siglés « police », rapporte Le Progrès. 

Dans la foulée, ils ont interpellé un homme, propriétaire du box, et domicilié dans le quartier des Etats-Unis à Lyon. Ce suspect, qui n’avait plus fait parler de lui depuis sa dernière condamnation en 2007, a été mis en examen vendredi pour « association de malfaiteurs en vue de la préparation d’un délit », « trafic d’armes » et « vols de véhicules ».

Dans le cadre des investigations, trois véhicules volés dans le Val de Saône ont en effet été découverts dans trois autres box appartenant au même propriétaire et 80.000 euros ont été saisis par les gendarmes. Le suspect a nié avoir dérobé les gilets pare-balles et aurait reconnu avoir servi d’intermédiaire et prêté son box.

Deux autres hommes ont été interpellés la semaine passée et mis en examen pour association de malfaiteurs. L’un d’eux a été laissé libre et placé sous contrôle judiciaire. Mais le second, soupçonné d’être l’un des lieutenants du Lyonnais interpellé et condamné à de multiples reprises par le passé, a été placé en détention provisoire. Les investigations vont se poursuivre pour déterminer l’implication de chacun dans cette affaire.